Rutana : une femme d’un colonel de police meurt mystérieusement

Rutana : une femme d’un colonel de police meurt mystérieusement

Une femme du quartier de Gifunzo, au chef-lieu de la province Rutana (sud-est du Burundi) est morte dans des circonstances non encore élucidées. Des habitants du quartier estiment qu’elle serait victime des coups et blessures lui infligés par son mari, le colonel de police Nicolas Nikoyagize. Les institutions habilitées n’ont pas effectué d’enquête pour élucider le mystère. (SOS Médias Burundi)

Ménédore Nijimbere est morte la nuit de mardi à mercredi.

Selon les dires des voisins, elle aurait été victime des coups et blessures lui infligés par son mari, le colonel de police Nicolas Nikoyagize, après une bagarre entre époux qui aurait mal tourné la nuit de mardi.

« Cette femme n’était pas en bon terme avec son mari qui l’accusait de ne pas avoir d’enfant. Aucune enquête n’a été effectuée sur les circonstances de la mort de la victime. Son mari a effectué les démarches de mettre le corps de son épouse à la morgue de l’hôpital de Rutana sans qu’aucune enquête et expertise médicale ne soit envisagée. Cela alors qu’il est strictement interdit de mettre à la morgue un corps d’une personne décédée en dehors de l’hôpital sans expertise médicale effectuée », s’insurgent des voisins.

Les mêmes sources indiquent que le responsable du SNR (service national de renseignements) en province Rutana a effectué une descente au domicile du colonel mais n’a exigé aucune investigation.

Le colonel de police Nicolas Nikoyagize est, selon les dires de ses collègues, impliqué dans plusieurs actes de violations des droits humains contre les opposants qui ont manifesté contre le dernier mandat de Pierre Nkurunziza en 2015 dans la zone de Musaga dans la ville commerciale Bujumbura avant d’être muté au commissariat de police à Gihofi en commune de Bukemba de la province de Rutana.

Il a intégré les corps de défense et de sécurité en provenance du mouvement rebelle Hutu FDD qui deviendra le CNDD-FDD, qu’il a rejoint après avoir déserté l’armée régulière étant au grade de caporal.

Le corps de la victime a été inhumé ce vendredi.

Signalons qu’un autre homme du quartier de Kayove au chef-lieu de la même province a tué son fils cette semaine l’accusant d’avoir volé une somme de 12 mille francs burundais. L’auteur du meurtre est en cavale.

___________________

Photo d’illustration : au chef-lieu de la province de Rutana

Previous Dzaleka (Malawi) : vers la fermeture du camp des réfugiés
Next Cibitoke : des administratifs de Mabayi accusés de collaborer avec des rebelles rwandais basés dans la Kibira