Nakivale (Ouganda) : les réfugiés à bout de force face à une vie intenable

Nakivale (Ouganda) : les réfugiés à bout de force face à une vie intenable

Les réfugiés du camp de Nakivale en Ouganda alertent que la vie est intenable. Ils disent qu’ils ne sont plus capables de trouver la nourriture avec un petit montant qu’ils perçoivent du HCR parce que les prix des produits de première nécessité ont énormément grimpé. La saison n’a pas non-plus été bonne pour avoir une bonne récolte dans de petits champs de cultures. Le HCR explique ne pas être capable de trouver plus de moyens pour améliorer l’assistance alimentaire des réfugiés. (SOS Médias Burundi)

La monteé spectaculaire des prix concerne les produits de première nécessité comme le maïs, le haricot et le riz, selon nos sources.

« Le maïs et le haricot se vendent respectivement à 2000 et 3500 shillings tandis que le riz coûte 5000 shillings le kilo. Le sucre quant à lui se vend à 6500 shillings le kg. Il y a six mois, la même quantité de maïs coûtait entre 400 et 700 shillings. Voyez-vous la différence, c’est incroyable », se désolent des réfugiés.

Le prix des produits concernés est allé du simple au double, voire au triple.

Des réfugiés qui se sont confiés à SOS Médias Burundi disent que la situation est indescriptible.

« On reçoit 13 mille shillings par personne et par mois. C’est facile de calculer. C’est seulement l’équivalent de 2 kg de haricot et 2 kg de maïs. Même une poule ne peut survivre avec cette quantité durant tout un mois. Que le HCR intervienne, sinon on va mourir dans les mains de l’agence onusienne », alertent-ils.

Ce qui aggrave la situation ce sont les mauvaises récoltes. Normalement, pour combler le vide, les réfugiés cultivent de petits lopins de terre. Cette année, ils déplorent de mauvaises récoltes causées par le changement climatique.

Les responsables du HCR expliquent ne pas être en mesure d’intervenir estimant que « la guerre en Ukraine a impacté le système économique mondial et nous avons été obligés de réduire la ration d’où la vie devient chère et les prix des produits montent sur le marché ».

Le camp de Nakivale abrite plus de 33 mille réfugiés burundais.

___________________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Nakivale

Previous Rutana : recrudescence de violences conjugales et assassinats de conjoints au chef-lieu de province
Next Minembwe : un militaire a tué un jeune élève à la machette