Cibitoke : des agriculteurs se plaignent du manque des intrants agricoles

Cibitoke : des agriculteurs se plaignent du manque des intrants agricoles

Les agriculteurs des communes de la province Cibitoke (nord-ouest du Burundi) déplorent le manque d’engrais chimiques. Ils demandent au gouvernement de leur en procurer en quantité suffisante. Le gouverneur de province met en garde les spéculateurs mais tranquillise la population. (SOS Médias Burundi)

Les agriculteurs rejettent la faute sur la responsable en charge du Bureau provincial de l’agriculture et de l’élevage.

« Elle entretient le clientélisme et le favorisme en octroyant les engrais chimiques aux seuls militants du CNDD-FDD et à des dignitaires civil, policier et militaire proches du parti présidentiel tandis que des membres des partis d’opposition sont exclus de tout processus de distribution et d’obtention des engrais chimiques », déplore avec colère un des agriculteurs rencontré au chef-lieu de la commune de Buganda.

Les agriculteurs se plaignent qu’ils n’ont même pas été servis pour les intrants déjà payés comptant pour la saison culturale C, une saison qui s’est clôturée en juillet cette année.

Ils estiment que le manque à gagner, surtout pour les riziculteurs est très énorme.

Plus grave d’après une autre source haut placée, des tonnes d’intrants agricoles se retrouvent dans les maisons de commerce où ils coûtent très chers.
Dans la commune de Mugina, des cultivateurs qui se sont confiés à SOS Médias Burundi ont clairement signifié que les plantes de diverses cultures à commencer par le riz se dessèchent progressivement faute d’avoir des intrants, la plupart des champs de cultures ayant été par ailleurs abandonnés.

Le gouverneur de Cibitoke demande à la population de faire preuve de patience et menace de punir les commerçants- spéculateurs d’engrais chimiques avant d’inciter les agriculteurs à « dénoncer les actes de vol et de corruption observés dans ce secteur ».

Récemment, le premier ministre Gervais Ndirakobuca a ordonné aux gouverneurs de provinces et à la seule entreprise de production des engrais chimiques au Burundi FOMI (Fertilisants organo- minéraux) de trouver une solution durable à la crise- intrants agricoles menaçant de prendre des sanctions contre cette entreprise qui a toujours menti sur les quantités produites, selon lui.

___________________

Photo : la province de Cibitoke

Previous Nord-Kivu : une ONG locale alerte sur les mauvaises conditions de vie des déplacés de guerre de Rutshuru
Next Rwanda- RDC : les relations ne cessent de se détériorer entre les deux pays des Grands-Lacs d'Afrique