Rumonge : la population dénonce d’incessantes contributions forcées

Rumonge : la population dénonce d’incessantes contributions forcées

Des Imbonerakure, jeunes affiliés au parti CNDD-FDD, font le recouvrement auprès des boutiquiers et fonctionnaires. (SOS Médias Burundi)

D’après les habitants de la ville de Rumonge, la collecte des contributions pour l’extension des bureaux de la zone de Rumonge est déjà en cours.

Un boutiquier contacté dit que ces jeunes collectent 5 000 FBU par boutique. Un boutiquier qui ne s’exécute pas voit son commerce fermé sans aucune autre forme de procès. « Il est accusé de s’opposer aux projets de développement » fait-t-il savoir. La même source indique que chaque personne doit s’acquitter de cette contribution.

Des sources sur place font également savoir que des chefs de service ont été invités par les autorités administratives à sensibiliser le personnel à contribuer à la construction de l’édifice.

Dans l’entre-temps, le cabinet du gouverneur prévoit collecter du matériel de construction d’un bâtiment qui devrait abriter les bureaux provinciaux. Des messages ont été envoyés aux syndicats des enseignants pour qu’ils aillent les transmettre aux personnels de l’éducation.

Un responsable d’un syndicat des enseignants affirme que les autorités ont exigé une contribution de 12.500 FBU par enseignant pour l’achat du ciment. Les conducteurs de taxi-vélo n’ont pas été épargnés.

Par groupe de quatre, ils doivent donner un montant équivalent au prix d’un sac de ciment, deux conducteurs de taxi-moto doivent payer le même montant.

Les autorités administratives envisageraient de contacter les responsables d’autres services publics et privés pour solliciter cette contribution.

ils acceptent de donner des matériaux ou de l’argent pour la construction

Il s’agit des propriétaires des restaurants, des hôtels dans la ville de Rumonge, des commerçants pour qu’ils acceptent de donner des matériaux ou de l’argent pour la construction.

Certains habitants dénoncent des contributions forcées qui n’en finissent pas et craignent des formes de détournement. En plus des contributions pour la construction de ces bureaux, les contributions pour les élections de 2020, la récente contribution pour la construction d’un bâtiment de la maternité à l’hôpital de Rumonge, les contributions pour une croisade de prière organisée par le parti au pouvoir ont été sollicitées à la population de Rumonge.

Des habitants affirment que ceux qui ne trouvent pas cet argent sont maltraités par les jeunes du parti au pouvoir. « Je me demande où va l’argent des taxes et des impôts collecté par l’office burundais des recettes (OBR) puisque le gouvernement semble se rabattre à la population pour qu’elle finance presque tous les projets de développement » grogne un habitant.

Previous Rumonge : Peur de la Récruduscence du choléra suite au manque d'eau potable
Next Rwanda : Les burundais en exil entreprennent pour survivre

1 Comment

  1. Kagabo
    juin 06, 23:33 Reply

    Il est mieu de nous montre ce que les autorites de Rumonge disent sur ce dossier. Si, no, l’information n’est pas complete vraiment.

Leave a Reply