L’ACPDH dénonce la mesure de renvoi de l’école de 11 filles

L’ACPDH dénonce la mesure de renvoi de l’école de 11 filles

L’association communautaire pour la promotion et la protection des droits de l’homme (ACPDH) s’inscrit en faux contre la mesure de renvoi de l’école de 11 jeunes filles suite aux grossesses non désirées. cette organisation estime que ces filles sont doublement pénalisées. (SOS Médias Burundi)

Sake Mathieu, président de l’association trouve que les droits de ces jeunes filles du lycée communal de Nyamugerera (commune de Musigati, province de Bubanza, ouest du pays) ont été bafoués.

« Des filles qui sont chassées suite à des violences basées sur le genre. La déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que la convention internationale relative aux droits de l’enfant rendent droit à ces enfants », fait savoir Mathieu Sake le représentant de l’organisation.

Selon ce dernier, cette décision de renvoi doit être revue par les autorités de ladite école.

« La ministre de l’Éducation avait par ailleurs pris des mesures justement contre ce genre de décisions », rappelle M. Sake.

Il fait savoir que la situation de jeunes filles est le résultat de violences basées sur le genre et qu’elles ne doivent surtout pas en être accusées. Il invite le ministère de l’Éducation et ses partenaires à venir en aide aux victimes et identifier les auteurs des grossesses non désirées chez les jeunes élèves.

Previous Des conflits d'intérêts à l’origine de la détention d'Aimable Habimana vice-président de la FFB
Next Bukinanyana : des habitants s'inquiètent de la présence des groupes armés dans la Kibira