Des contributions forcées pour financer la campagne du CNDD-FDD


La collectes des fonds alloués à la préparation des élections de 2020 a débuté le week-end dernier dans plusieurs localités du Burundi. Tous les citoyes sont obligés de s’acquitter de la contribution sans distinction d’appartenance politique. (SOS Médias Burundi)

Province de Makamba Makamba (Sud du pays)

Des jeunes imbonerakure accompagnés des chefs de collines procédaient à la collecte ménage par ménage dans toutes les communes de la province de Makamba.

Les collectes ont aussi été menées dans les marchés, selon des commerçants. « Une somme de 2000 francs burundais était exigée moyennant un reçu sur lequel on trouve l’emblème du CNDD-FDD”, témoigne un commerçant de Makamba.

Les vendeurs de charbon au chef-lieu de la même province disent qu’ils ont été intimidés par des jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure).


« Ils nous exigeaint de contribuer alors que nous peinons à payer des taxes communales».

Émile Mworoha, représentant du parti Congrès National pour la Liberté (CNL) en zone de Kayogoro (commune de Kayogoro) a été interpellé par les Imbonerakure pour avoir demandé la destination de ces cotisations. Il est incarcéré au cachot de la police dans cette même commune.

Certains habitants demandent que ces contributions soient exigées uniquement aux membres du parti CNDD-FDD.

Provinces de Kirundo et Muyinga (Nord du pays)

Le parti au pouvoir a aussi collecté systématiquement des fonds.

Chaque ménage devrait payer 1000 francs burundais. La campagne est en cours depuis deux jours. «Cette contribution nous servira aux élections de 2020», précisent les militants du parti au pouvoir.

Tous les ménages étaient ciblés d’après des sources locales.

Les administratifs à la base sont chargés de la collecte dans les provinces de Kirundo et Muyinga

«Des Imbonerakure ont silloné tous les quartiers pour collecter les contributions. Dans certains endroits, des barrières avaient été érigées. Le dossier des élections est délicat. On en discutte même pas», signale un habitant de Kirundo.

À Muyinga, un contrôle systématique des passants a été effectué ce dimanche matin par des jeunes du parti au pouvoir qui les exigeaient d’exhiber leur reçu.

Bujumbura (capitale économique)

Dans plusieurs quartiers de la ville de Bujumbura, le week-end dernier des jeunes Imbonerakure et autorités à la base se sont invités dans les ménages pour collecter les contributions.


« Ils étaient à quatre quand ils sont arrivés chez moi. Ils m’ont expliqué que la contribution est différente des contributions pour les élections générales. Après avoir perçu le montant de 2000 francs burundais, ils sont partis et m’ont donné un reçu », témoigne un habitant de Carama( nord de Bujumbura).

Un Burundais qui habite l’Europe en vacances dit avoir été surpris.


« Nous, on nous a dit de donner la contribution. Nous les avons persuadés, expliquant que nous avons déjà contribué pour les élections mais ils ont refusé. Ils nous ont même menacé que si nous ne payons pas nous risquons d’avoir des ennuis. Après avoir donné notre contribution forcée, on nous a tranquillisé que nous ne craignons rien et que nous pourrons exhiber le reçu si l’on nous demandait la preuve de notre contribution », s’est désolé le chef de famille.