Buhiga (Karusi) : le président du parti CNL demande à ses membres de se préparer aux élections


Des propos tenus ce dimanche par Agathon Rwasa, le président du CNL lors de l’inauguration de la permanence provinciale. (SOS Médias Burundi)

Devant un parterre de partisans, Agathon Rwasa a dénoncé les injustices que subissent ses militants et la pauvreté dans laquelle sont plongés les Burundais.

«Depuis l’indépendance, le Burundi ne s’est pas développé suite aux crises répétitives qu’a connues le pays. Certaines populations ont été interdites d’aller à la messe, au marché sans présenter les quittances des contribution aux élections de 2020. Nos membres de la colline Magamba de la commune de Buhiga ont été empêchés par des Imbonerakure de venir participer à ces cérémonies. Des Imbonerakure se substituent aux forces de l’ordre. Certains Burundais dorment encore sur des nattes à même le sol, d ‘autres demeurent en exil alors que le pays s’ achemine vers les éléctions de 2020. L’octroi d’emploi se fait par népotisme», a déploré ce dimanche à Buhiga, Agathon Rwasa.

M. Rwasa a fait savoir que son parti va participer à tous les scrutins de 2020 et a demandé à ses membres de surveiller les resultats des urnes des élections jusqu’a la signature des PV dans les bureaux de vote afin d’éviter les fraudes. Il a également conseillé à ses militants d ‘ouvrir les permanences sur les collines afin d’éviter d’être accusés de tenir des réunions nocturnes illégales.

«Certains de nos militants subissent des intimidations et persécutions, d ‘autres sont interpellés illégalement, la cohabitation entre les partis politiques n’est pas au beau fixe», a constaté Hilaire Banyansekera, secrétaire provincial du CNL dans son discours.

Sept membres du CNL dont Nathan Barampama, président du CNL dans la province de Karusi demeurent toujours dans les cachots du commissariat provincial de la police à Karusi.