Une coalition d’ONG locales et internationales condamne la peine de 32 ans de prison pour Germain Rukuki confirmée en appel

Une coalition d’ONG locales et internationales condamne la peine de 32 ans de prison pour Germain Rukuki confirmée en appel

Malgré l’attention de la communauté internationale et la reconnaissance de l’engagement de Germain en faveur des droits humains, la décision du tribunal d’imposer un verdict sévère à Germain Rukuki reste une erreur judiciaire notable et le résultat d’une criminalisation illégale dont Germain fait l’objet depuis son arrestation en raison de ses activités passées de défenseur des droits humains avec l’organisation ACAT-Burundi. Ces poursuites exposent la manière dont lui et d’autres défenseurs des droits humains au Burundi sont harcelés et pris pour cible par le système de justice pénale simplement parce qu’ils exercent leur droit à défendre les droits humains.

C’est aussi un exemple emblématique de la détermination politique continue des autorités burundaises à faire taire les défenseurs des droits humains, ou toute source de dissidence, au Burundi.

Intégralité du communiqué : https://www.frontlinedefenders.org/fr/statement-report/international-and-local-ngos-condemn-32-year-prison-sentence-germain-rukuki-upheld

Previous Nyanza-Lac (Makamba) : mésentente entre les résidents et les rapatriés
Next L'intolérance politique contre le parti CNL prend de l'ampleur