Nakivale (Ouganda) : les étudiants burundais appellent les bienfaiteurs à l’aide pour poursuivre leurs études


Leurs doléances sont en premier lieu orientées vers la fondation Maison Shalom qui vient en aide aux jeunes réfugiés au Rwanda. La Communauté des Étudiants Burundais à Nakivale, CEBUNA, demande à cette fondation de se souvenir aussi d’eux. (SOS Médias Burundi)

La Communauté des Étudiants Burundais à Nakivale, CEBUNA, a été créée en 2016 par des jeunes réfugiés burundais. Cette association a déjà réalisé plusieurs activités en termes d’encadrement et de formation des jeunes en vacances.
Plusieurs séances de formation visant l’apprentissage de la langue anglaise sans oublier l’histoire du Burundi ont été dispensées au cours des trois dernières années.

Donatien, un jeune de 22 ans, bénéficiaire d’une formation en anglais se félicite des connaissances acquises.

J’ai terminé les humanités générales au Burundi. Arrivée au camp de Nakivale, j’ai trouvé important de participer à une formation d’anglais, dispensée par la CEBUNA en attendant un éventuel appui pour continuer mes études universitaires. Apprendre l’anglais m’a beaucoup aidé à trouver un petit boulot à Kampala

un jeune réfugiés

Yves Irakoze, président de la CEBUNA dit être satisfait par les actions déjà réalisées.

Il cite notamment l’exemple de 50 jeunes qui ont été employés par des entreprises chinoises dans la capitale ougandaise du simple fait qu’ils pouvaient bien s’exprimer et communiquer en anglais après la formation reçue.

Cependant, des jeunes réfugié burundais disent qu’ils aimeraient faire des études qui vont au delà de ces formations. Ils lancent un appel vibrant à la Maison Shalom, une fondation burundaise opérant au Rwanda, pour les soutenir afin de continuer leurs études.

“Notre souhait est de voir cette organisation opérer ici à Nakivale afin que nous puissions bénéficier de son appui. Que la Maison Shalom fête son Jubilé de 25 ans d’existence en pensant aux étudiants burundais réfugiés à Nakivale”, laissent-ils entendre tout en appréciant un don en dictionnaires en anglais que la Maison Shalom leur a offert en 2017.

En juillet dernier, la présidente de la Maison Shalom, Marguerite Barankitse a confirmé avoir déjà entamé des démarches administratives en Ouganda pour y travailler en faveur des réfugiés burundais.