Des rapatriés volontaires et forcés dans la province de Kirundo reprennent le chemin de l’exil

Des rapatriés volontaires et forcés dans la province de Kirundo reprennent le chemin de l’exil

Plusieurs personnes dernièrement rapatriées ou expulsées du Rwanda en province de Kirundo (nord du Burundi) retournent en exil en grand nombre depuis des  mois. L’autorité provinciale confirme les départs. Elle a déjà pris des mesures de les empêcher, en vain.  Dernièrement, le problème a été soulevé dans une réunion organisée par le ministère de l’intérieur à Kirundo. (SOS Médias Burundi)

Les autorités administratives disent avoir compté au moins   500 personnes qui ont déjà repris le chemin de  l’exil en une année. «Des  rapatriés et des expulsés du Rwanda avaient été installés sur leurs collines d’origine dans la province de Kirundo depuis le début de cette année. Malheureusement, ils arrivent sans kit d’accompagnement et ont des difficultés à tenir », a annoncé Tribert Mutabazi, gouverneur de province.

Le gouverneur de Kirundo estime que plus de 80% fuient suite aux mauvaises conditions de vie très difficiles. C’est la commune de Ntega qui enregistre plus de départs selon les statistiques de la province.

L’administration peine à empêcher les nouveaux départs

Selon des témoins, les autorités administratives ont déployé des jeunes du parti au pouvoir sur tous les points d’accès vers le Rwanda. Ces derniers empêchent toute personne désirant franchir la frontière de passer. «Mais les gens finissent par trouver des moyens pour contourner des barrières et échapper à la vigilance des Imbonerakure », soulignent-ils.

Pour éviter des départs massifs des rapatriés et expulsés, l’autorité provinciale envisage de créer un centre de transit où les concernés suivraient des séances de moralisation sur le patriotisme pendant quelques mois avant de regagner leurs communautés respectives.

Des familles des rapatriés du Rwanda surtout accusent des autorités locales d’influencer les nouveaux départs sans le savoir. «Tous ceux qui reviennent du Rwanda sont continuellement harcelés et menacés. Les autorités à la base les taxent d’être des ennemis du pays. C’est pourquoi ils finissent par retourner en exil », nous ont témoigné certaines familles dont des membres sont retournés dans les pays de la sous-région après leur rapatriement volontaire.

Previous Ouganda: les réfugiés burundais qui vivent en dehors des camps éprouvent d'énormes difficultés pour se faire soigner
Next Nyarugusu (Tanzanie): un réfugié burundais porté disparu