Nduta (Tanzanie) : un officier des renseignements burundais s’est installé non loin du camp de réfugiés

Nduta (Tanzanie) : un officier des renseignements burundais s’est installé non loin du camp de réfugiés

Il a été remarqué depuis un mois. Il habite à quelques mètres de l’entrée principale du camp de réfugiés burundais de Nduta. Ces derniers s’inquiètent qu’il serait à l’origine des plusieurs disparitions des réfugiés qui s’observent ces derniers temps. (SOS Médias Burundi)

L’ officier est connu sous le prénom d’Alexis. Selon plusieurs sources, cet ancien rebelle des FNL (Forces Nationales de Libération) ne se cache pas.

“Nous l’avons surveillé depuis un mois, il habite un lieu communément appelé Compound situé à quelques 500 mètres de l’entrée principale du camp de réfugiés burundais de Nduta”, témoignent des réfugiés qui surveillent ses mouvements.

L’homme a été reconnu pour la première fois par une parenté en refuge à Nduta. Il était entrain de causer avec des policiers tanzaniens.

“Il a cherché à se camoufler mais c’était tard. Il a affirmé qu’il est en mission de travail et qu’il est encore en fonction comme officier de police », relatent des réfugiés burundais. Ils ajoutent qu’il cache son visage avec un chapeau quand il sort en public.

Ces réfugiés s’inquiètent pour leur sécurité.

“Nous nous demandons ce qu’il est venu faire ici, alors qu’il n’est pas réfugié. Sans doute qu’il est venu nous traquer. Ces derniers temps, il s’observe plusieurs arrestations et disparitions des réfugiés surtout jeunes, accusés de former des rébellions. Il est sans doute derrière ces cas d’insécurité”, disent-ils.

Ces Burundais soupçonnent aussi la complicité de la police tanzanienne.

“Alexis vit à moins de 300 mètres de la position policière. Cette partie est aussi occupée par des agents des renseignements tanzaniens. Et, il est souvent avec eux lors de la circulation ou dans des bistrots. Signe qu’ils se connaissent bien”, remarquent ces réfugiés avant d’ajouter qu’aucun autre Burundais n’est autorisé à habiter ce lieu sauf les agents des organisations humanitaires qui opèrent à Nduta.

Previous L’administrateur de Bururi démissionne
Next Des exilés du camp de transit de Kavimvira demandent d'être délocalisés