HRW décrie une violation des droits de l’homme au Burundi dans un rapport


Human Right Watch (HRW) dénonce une violation des droits de l’homme. Cette ONG qui milite pour la protection des droits de la personne évoque notamment les cas de disparition des opposants au régime et les conditions de vie de la population de plus en plus précaires. ( SOS Médias Burundi)

Dans son rapport de janvier, HRW évoque les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, les Imbonerakure, agissant « souvent de concert avec des représentants des autorités locales, ainsi que le Service national de renseignement (SNR) et la police ».

Selon HRW, « ils ont perpétré des violations généralisées des droits humains pendant toute l’année 2019, y compris des exécutions extrajudiciaires, des disparitions, des arrestations arbitraires, des violences sexuelles, des passages à tabac et des actes d’intimidation à l’encontre de présumés opposants politiques ».

L’ONG est également inquiète de la vie de la population au Burundi et celle des réfugiés (plus de 300.000) en exil dans les pays voisins.

À l’approche des élections, le même rapport fait état de la restriction des droits civils et politiques ainsi que celle de la liberté de la presse où quatre journalistes restent incarcérés depuis octobre 2019 et deux radios internationales toujours interdites d’émission.

La même année a été caractérisée par une relation tendue entre les Nations unies et le Burundi avec la fermeture du bureau du haut-commissariat des droits de l’homme et la démission de l’envoyé spécial des Nations unies.

Les détails 👉🏿https://www.hrw.org/fr/world-report/2020/country-chapters/337331