Le Parlement européen appelle à la libération de journalistes burundais

Le Parlement européen appelle à la libération de journalistes burundais

Selon les députés, la répression actuelle compromet la crédibilité des élections à venir

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui une résolution condamnant la détérioration continue de la situation des droits humains au Burundi à l’approche des élections de mai 2020. Il a également appelé les autorités à libérer immédiatement et sans condition quatre journalistes travaillant pour Iwacu et à abandonner les poursuites contre eux. Iwacu est l’un des derniers journaux indépendants du pays. Le Parlement européen appelle aussi à la libération de toutes les autres personnes arrêtées pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. 

Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi, ainsi que leur chauffeur, Adolphe Masabarakiza, ont été arrêtés le 22 octobre 2019 lors d’un déplacement pour un reportage dans la province de Bubanza et ont été ensuite accusés de complicité d’« atteinte à la sûreté de l’État ». Leur jugement doit être rendu fin janvier.

La peine de 15 ans de prison requise par le procureur est un avertissement aux quelques derniers journalistes qui osent rester au Burundi : travailler sur des questions sensibles est à vos risques et périls.

Lire plus sur ce lien >>> https://www.hrw.org/fr/news/2020/01/16/le-parlement-europeen-appelle-la-liberation-de-journalistes-burundais

??

Previous HRW décrie une violation des droits de l'homme au Burundi dans un rapport
Next Bugendana: un membre du CNL et son témoin emprisonnés

About author

You might also like

REVUE DE LA PRESSE

Rectificatif : l’illustration accompagnant notre article sur l’interpellation de Vénérand Kazohera par le SNR est erronée

Les deux personnes se trouvant sur la photo ne correspondent en rien à notre légende.Elles ne sont nullement les protagonistes des faits rapportés. Nous en sommes désolés et présentons nos

REVUE DE LA PRESSE

REVUE du Net – « Non, Mesdames, je ne participerai pas à votre petite fête » via YAGA-Burundi.com

Le 8 mars, loin d’être une journée de revendication des droits des femmes, au Burundi, c’est aujourd’hui devenu une mode, une vulgaire fête commerciale. Je vous vois venir…Rhôoo !!! Cette

REVUE DE LA PRESSE

Burundi : Des journalistes condamnés à l’issue d’un procès entaché d’irrégularités

La liberté d’expression mise à mal à l’approche des élections. Le verdict de culpabilité prononcé le 30 janvier 2020 à l’encontre de quatre journalistes burundais, à l’issue d’un procès entaché d’irrégularités, est un