Le tribunal de Gitega a prononcé des peines allant à dix ans de prison contre deux opposants

Le tribunal de Gitega a prononcé des peines allant à dix ans de prison contre deux opposants

Samuel Ndikumana, enseignant à l’ECOFO (École Fondamentale) Cishwa (Commune de Bugendana, en province de Gitega, centre du Burundi) et Bernard Gahungu tous membres du parti CNL ont été condamnés hier par le tribunal de grande instance de Gitega (capitale politique du Burundi). Ils vont successivement purger une peine de dix ans de prison ferme et de deux ans.
Ces hommes originaires de la commune de Bugendana (province de Gitega) avaient été arrêtés la semaine dernière. Ils ont été accusés d' »atteinte à sécurité intérieure de l’État et d’outrage aux institutions ». Les deux hommes réfutent les charges qui pèsent contre eux. La défense préconise interjeter appel. (SOS Médias Burundi)

Ils ont comparu le matin de ce lundi devant la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Gitega.

Selon maître Dieudonné Irambona, un des avocats de la défense, Samuel Ndikumana a été accusé par le ministère public d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, ce que son client a réfuté. »Mon client a expliqué qu’il est tombé dans un groupe d’Imbonerakure alors qu’il rentrait de son travail. Ces jeunes du parti au pouvoir l’ont soupçonné d’avoir tenu une réunion clandestine du CNL, mais il n’y a aucune preuve qui l’atteste jusqu’à présent », explique-t-il.

Selon toujours le juriste, Bernard Gahungu a quant à lui a été accusé d’outrage aux institutions de la République, ce qu’il a rejeté en bloc en précisant qu’il a dénoncé une arrestation arbitraire de son ami par des Imbonerakure.

Après délibération, Samuel Ndikumana a été condamné à 10 ans de prison ferme tandis que Bernard Gahungu a été, à son tour condamné à 2 ans de prison

La défense compte interjeter appel.

Previous Deux militants du CNL sont en détention depuis plus d'une semaine à Makamba
Next Dessin de la semaine : le torchon brule entre le FNL (Front National de la Libération) et le CDP (Conseil des Patriotes)