Dessin de la semaine : le torchon brule entre le FNL (Front National de la Libération) et le CDP (Conseil des Patriotes)

Dessin de la semaine : le torchon brule entre le FNL (Front National de la Libération) et le CDP (Conseil des Patriotes)

Ils ont enflammé la twittosphère burundaise ce week-end les deux politiciens, à savoir :  Anicet Niyonkuru et Jacques Bigirimana. La cause ? La guerre pour les militants. (SOS Médias Burundi)

Après son retour au bercail qui d’ailleurs beaucoup de ses anciens frères de lutte au sein du CENARD (Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha) qualifiaient d’aller s’agenouiller à Canosa et faire la cour au pouvoir en place, Anicet Niyonkuru, leader du CDP semble désempaler. Les militants qu’il avait pu convaincre à rentrer avec lui viennent de lui signifier que «Uwufise ibijumbu vyinshi agutwara imbwa ».

Quand les membres du CENARED disaient que Monsieur Anicet Niyonkuru est ce pion idéal qu’il faut déplacer et qui s’exécute volontiers, les analystes politiques burundais diront que ceux du CENARD avaient raison.

Ennuyé de la vie en exil, il a opté pour un retour avec certains des opposants, dont un certain David Dusabe. Ce dernier  critiquait le pouvoir en place qu’il qualifiait de sanguinaire dans les audio qu’il publiait sur les réseaux sociaux. 

Rentré sous la casquette du CDP (Conseil des Patriotes), parce que selon les sources internes une somme de deux milles dollars allait être versée sur  les comptes de ces ouailles d’Anicet. Ils sont arrivés et étaient logés dans un somptueux hôtel à Bujumbura avant de découvrir qu’ils avaient été roulés dans la farine, puis ils décident de craquer la porte du CDP pour enfiler l’uniforme du FNL (Front National de Libération), de Jacques Bigirmana.

On se souviendra que le jour de son retour, Anicet Niyonkuru avait été accueilli  à l’aéroport Melchior Ndadaye par Bigirimana. Une façon de lui dire : « Bienvenu sur le terrain politique burundais où les tacles musclés sont permis ».

Previous Le tribunal de Gitega a prononcé des peines allant à dix ans de prison contre deux opposants
Next La CNIDH donne raison aux enseignants qui contestent les cotisations forcées exigées par la COSSESONA

About author

You might also like

Coup de Crayon

COUP DE CRAYON: Contributions « volontaires », les enseignants payent un lourd tribut

Frappés par plusieurs contributions (au nom de la solidarité nationale), les enseignants du Burundi se voient dépouiller du peu qui leur restait. Désormais sur leur maigre salaire, ils doivent contribuer

Coup de Crayon

Dessin de la semaine : le combat au fauteuil présidentiel

« En ce 20 mai 2020, nous vous présentons le combat de la décennie. Selon des observateurs avisés, il va opposer principalement deux maestros de la scène politique du Burundi… Et