Dessin de la semaine : le combat au fauteuil présidentiel

Dessin de la semaine : le combat au fauteuil présidentiel

« En ce 20 mai 2020, nous vous présentons le combat de la décennie. Selon des observateurs avisés, il va opposer principalement deux maestros de la scène politique du Burundi…

Et d’abord : Evariste Ndayishimiye, dit N-Eva ou Never, c’est selon. Never, qui va représenter le CNDD-FDD qui n’a jamais été vaincu aux élections depuis sa sortie du maquis.

Le « Samuragwa » de Nkurunziza – Permettez-nous d’utiliser le kirundi pour ne pas dénaturer sa saveur ! – est surtout adoubé par la Commission Électorale Nationale (In)-dépendante… Cette même Ceni qui a fait semblant de ne pas voir son portrait géant accroché partout dans le pays…

Ces 15 dernières années, le « Samuragwa » a bénéficié de l’excellent traitement de son parti. Il s’est beaucoup entraîner pour affronter le représentant du plus jeune parti du Burundi : le Congrès National pour la Liberté (CNL) ou le phœnix né de la « nyakurization » du FNL (Front National pour la Liberté)… Le CNL n’a qu’un an, mais il est très populaire !

Et voici son leader de candidat ! Agathon Rwasa drainant une foule de Burundais opprimés, oppressés et tous ceux qui sont avides du changement..! Sans oublier ces nombreux membres ou sympathisants croupissant en prison, ces torturés et tous les disparus

Le petit David est prêt à affronter le géant Goliath. C’est parti ! »

Previous Burundi-Élections : des membres du CNL punis de lourdes peines
Next Rumonge: dix sept militants du CNL arrêtés après destruction de permanences du CNDD-FDD

About author

You might also like

Coup de Crayon

Dessin de la semaine : le torchon brule entre le FNL (Front National de la Libération) et le CDP (Conseil des Patriotes)

Ils ont enflammé la twittosphère burundaise ce week-end les deux politiciens, à savoir :  Anicet Niyonkuru et Jacques Bigirimana. La cause ? La guerre pour les militants. (SOS Médias Burundi)

Coup de Crayon

COUP DE CRAYON: Contributions « volontaires », les enseignants payent un lourd tribut

Frappés par plusieurs contributions (au nom de la solidarité nationale), les enseignants du Burundi se voient dépouiller du peu qui leur restait. Désormais sur leur maigre salaire, ils doivent contribuer