Le PAM remplace les denrées par la monnaie au camp de Nakivale


Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le nouveau système d’aide permettra aux réfugiés de décider ce qu’ils veulent consommer et d’acheter des aliments qu’ils ne reçoivent pas, comme des légumes et de la viande.  Chaque réfugié recevra 31. 000 Shillings Ougandais. (SOS Médias Burundi)

Le nouveau régime d’aide  introduit par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a déjà touché près de 20.000 réfugiés burundais, un peu plus de la moitié des Burundais installés au camp de Nakivale en Ouganda.

Il a été initié depuis le deuxième trimestre de l’année passée. Le PAM veut s’assurer que les réfugiés décident eux-mêmes ce qu’ils vont consommer en  diversifiant aussi l’alimentation.

Les réfugiés sont inscrits dans le nouveau système suivant leur ordre d’arrivée dans le camp. Jusqu’à maintenant, le nouveau programme couvre déjà ceux qui ont fui jusqu’en 2017 mais, chaque mois, de nouvelles listes sont établies.

Chaque réfugié reçoit 31. 000 Shillings Ougandais. «Plus une famille compte plus de membres, plus elle reçoit beaucoup d’aliments. Les enfants reçoivent la même quantité que les adultes». 

Les réfugiés burundais saluent ce système

“La nourriture que nous recevions était limitée aux maïs, aux haricots, au mélange maïs-soja, à l’huile végétale et au sel, mais avec l’aide en espèces, nous pouvons désormais acheter d’autres aliments”, explique un Burundais qui reçoit déjà somme depuis décembre dernier.

Pour réussir, le PAM collabore avec une ONG locale qui lutte contre la famine “Hunger Fighters Uganda (HFU)”.

Le même système est déjà opérationnel dans les camps de réfugiés burundais et congolais au Rwanda.

Le camp de Nakivale abrite plus de 37.000 réfugiés burundais.