L’intolérance politique fait une nouvelle victime à Muyinga

L’intolérance politique fait une nouvelle victime à Muyinga

Une habitante de la colline de Jani en commune de Gasorwe de la province de Muyinga (nord-est du Burundi) est morte hier. Fausie Basesuwabo a succombé suite aux coups de bâtons  lui infligée par des jeunes du parti au pouvoir, il y a à peine une semaine. (SOS Médias Burundi)

Fausie Basesuwabo avait été tabassée par des jeunes Imbonerakure mercredi de semaine dernière. C’était après des échauffourées qui ont opposé des membres du parti CNL et des jeunes Imbonerakure sur la même colline.

Elle a été inhumée ce jeudi en l’absence de ses trois enfants et de son mari Asmani Rwasa qui est également  hospitalisé suite aux coups qu’il a reçus. 

Une source locale fait savoir que leur ménage a été attaqué par des jeunes Imbonerakure. «La dame a cru qu’elle pouvait se remettre sans se faire soigner et voilà qu’elle est décédée à la maison », regrette un habitant de Gasorwe.

Qu’est-il arrivé ?

L’après-midi du 26 février, un responsable local du parti au pouvoir est blessé à coups de machettes par des jeunes du parti CNL. Des partisans du parti au pouvoir décident  de se venger le même jour en attaquant le ménage de l’oncle des présumés auteurs. L’oncle en question est M. Asmani. Toutes les personnes qui étaient chez lui lors de l’attaque ont été sérieusement tabassées. Le chef de ménage et ses trois fils ont été évacués à l’hôpital après l’intervention de la police.

Des militants du parti CNL demandent une enquête approfondie. Après l’incident des militants du CNL ont été arrêtés. Deux jeunes du parti au pouvoir qui avaient été interpellés le même jour ont été relaxés, précise notre source.

En août 2019, des échauffourées entre des militants du CNL et du CNDD-FDD avaient fait un mort à Muyinga. Quatre Imbonerakure ont par la suite été condamnés à la prison à vie par le tribunal de la province.

Previous La Tanzanie a chassé 50 demandeurs d'asile ce jeudi
Next La CVR découvre de nouvelles fosses communes qui divisent les Burundais