Covid-19 : des habitants de Bujumbura peinent à se faire tester

Covid-19 : des habitants de Bujumbura peinent à se faire tester

Le Coronavirus continue de circuler par delà les frontières et sa cohorte de malades avec. Dans la capitale économique, des habitants souffrant ont rencontré des difficultés dans leur prise en charge. (Témoignages SOS Médias Burundi)

Pas de test

D’après des témoignages, des habitants ont sollicité des tests ces derniers jours. En vain.

« J’avais un des symptômes du Coronavirus, une toux sèche ; ça ne semblait ne pas guérir. J’ai appelé un professionnel de santé. Il m’a répondu d’aller consulter un médecin dans une structure de soins publique de préférence », a expliqué l’un d’entre eux.

Seules les personnes reçues au préalable par des médecins sont testés D’autres affirment avoir appelé le numéro vert, sans succès.


Mon mari présente tous les signes depuis une semaine : un rhume, une toux sèche, de l’essoufflement, des maux de gorge. J’ai appelé à 10 reprises le numéro vert. Personne ne répond. Nous nous sommes rendus dans un hôpital public, personne n’a voulu nous accueillir. C’est à la clinique Prince Louis Rwagasore, qu’on a fini par nous recevoir. Ce fut un calvaire pour nous.

Ève*.

Test refusé à l’INSP

Ndayikeza*, un employé de l’Office Burundais des Recettes (OBR) a rencontré les mêmes difficultés.


Je présentais tous les symptômes de Covid-19, j’ai appelé ce numéro vert. Sans résultat. Je me suis rendu à l’Institut National de Santé Publique (INSP) où on fait les tests. Ils ont refusé de me diagnostiquer sous prétexte que je n’avais pas été envoyé par le ministère de la santé. J’ai dû passer par une connaissance au ministère pour les convaincre.

Employé de l’OBR
Une chaussée manant à la cathédrale Régina Mundi dans la ville de Bujumbura

Selon un journaliste burundais qui couvre la sous région, la façon dont le gouvernement gère la pandémie est « terrifiante ». « Oui, nous avons des élections le mois prochain, mais la vie des citoyens doit demeurer la priorité. Nous assistons à des infections locales qui peuvent malheureusement aboutir à une situation incontrôlable », déplore-t-il.

Officiellement, un décès

« Il n’est pas trop tard pour le gouvernement de réagir. Le plus tôt serait le mieux car le virus est une réalité et peut être fatal », conclut un père de famille préoccupé. Car ses enfants continuent de se rendre à l’école.

Selon un bilan du ministère de la santé du Burundi, 15 personnes ont contracté la maladie. 4 sont guéries, 10 restent sous traitement ; une est décédée.

____________

*Noms d’emprunt

Previous Covid-19 : l'Olucome demande au gouvernement de prendre des mesures
Next Élections 2020 : l'administrateur de Nyabihanga (Mwaro) refuse un terrain pour un meeting du CNL