Tanzanie-Ouganda : la quantité de la ration des réfugiés burundais revue à la baisse


Depuis le début du mois de juillet, les réfugiés burundais des camps installés en Tanzanie ont vu la quantité de leur ration alimentaire diminuer de 17%. Quant aux réfugiés burundais du camp de Nakivale en Ouganda, ils ont été informés que le stock du HCR s’épuisera en septembre prochain.Ces Burundais estiment qu’il s’agit des mesures prises pour leur contraindre à rentrer, ce que réfute l’agence onusienne en charge des réfugiés. (SOS Médias Burundi)

La quantité de tous les produits vivriers destinés à l’approvisionnement des réfugiés burundais dans les camps de Mtendeli, Nduta et Nyarugusu en Tanzanie a été diminuée de 17%.

Par exemple, une famille de deux personnes qui devrait recevoir 12 kg de farine de maïs n’a reçu que moins de 9 kg, qui devra couvrir tout ce mois de Juillet.
La réduction concerne aussi le petit pois, la farine, l’huile et le sel de cuisine.

Les réfugiés burundais estiment qu’il s’agit d’un moyen de pression pour les contraindre à rentrer.

“Il s’agit ni moins ni plus des mesures de forcing pour nous obliger de retourner au Burundi. Ce n’est pas nouveau. En 2017 aussi quand le rapatriement dit volontaire a débuté, nous avons assisté à ce genre de coupure ou de réduction de ration. C’est une stratégie de nous affamer afin que nous finissions par nous rendre et rentrer.
Mais nous n’allons pas céder car au lieu d’aller mourir chez nous, nous préférons être enterrés ici”, ont réagi des Burundais, contactés dans les camps en Tanzanie.

En Ouganda, le HCR a informé les réfugiés que le stock est sur le point de s’épuiser.

Cette agence onusienne en charge des réfugiés a souligné qu’après le mois de septembre, les réfugiés devraient envisager de retourner dans leur pays d’origine.

Les Burundais installés au camp de Nakivale trouvent que Gitega collabore avec Dar-es-salaam, Kampala et le HCR pour les pousser à un retour forcé  » déguisé ».

“Tout est lié. Pourquoi le stock s’épuise quelques mois après la mise en place d’un nouveau régime au Burundi, qui est en train de nous sensibiliser à un retour massif . S’agit-il d’une simple coïncidence ou d’une stratégie planifiée à l’avance? »S’interrogent des réfugiés à Nakivale. Ils demandent aux partenaires du HCR de lui donner des fonds pour qu’il achète d’autres subsides.

Réduction de l’assistance en nature ( cash )

“Depuis fin 2019, nous recevions 33.000 Shillings ougandais par individu, mais pour le moment on reçoit 22.000 Shillings par mois à coté d’autres vivres comme les grains de maïs et l’huile de cuisine. Là aussi, le HCR explique qu’il fait face à une crise de financement”, témoignent des pères de famille à Nakivale.

La représentation du HCR en Tanzanie confirme la réduction de la ration réservée aux réfugiés burundais. Elle explique qu’elle est le résultat de la crise provoquée par la pandémie de Coronavirus.

“Les derniers rapports fournis par le PAM (Programme Alimentaire Mondial) montrent que la distribution alimentaire générale représente actuellement 83% du panier alimentaire. La réduction des rations est en partie due à un ajustement des coûts des besoins pour atténuer le risque de transmission du Covid-19”, a indiqué Edward Ogolla, le chargé de la communication au HCR-Tanzanie.

Et d’ajouter que “le programme d’alimentation complémentaire pour le traitement et la prévention de la malnutrition modérée reste néanmoins à 100%”.

« Le Burundi vient de conclure un processus électoral . Suite à cela, nous nous attendons à ce qu’il y ait plusieurs appels de retour des réfugiés de la part de hauts officiels des gouvernements burundais et tanzanien.
Le HCR continue de soutenir les retours à condition qu’ils restent volontaires et dignes, conformément à l’accord tripartite Tanzanie-Burundi-HCR”, a précisé M. Ogolla.

Il souligne que même si les autorités tanzaniennes encouragent les retours des réfugiés, elles ont réaffirmé qu’ils doivent rester volontaires.

Près de 390.000 réfugiés burundais restent éparpillés dans quatre pays de la sous-région. C’est la Tanzanie qui héberge le plus grand nombre de Burundais. Ils sont estimés à plus de 164.000. La RDC vient en deuxième position avec plus de 100.000 réfugiés burundais, le Rwanda en troisième position avec plus de 72.000 et enfin l’Ouganda qui a accueilli plus de 48.000 Burundais.

Le HCR veut obtenir de ses donateurs près de 290 millions USD pour prendre en charge tout ce monde en 2020 mais n’a jusqu’ici recouvré que 8% du montant. Depuis septembre 2017, 85.396 réfugiés burundais ont été rapatriés de la Tanzanie, selon les statistiques du HCR.