Burundi: Fabien Banciryanino demande à la CNIDH de s’impliquer dans son dossier


Dans une correspondance qui a pour objet « informations et appel au secours », adressée au président de la commission nationale indépendante des droits de l’homme ( CNIDH), l’ancien député en détention depuis vendredi dernier explique que son dossier est conduit dans l’irrespect total de la loi ». Il implore l’implication de sa commission dans l’affaire.(SOS Médias Burundi)

Dans ce document qui est officiel, selon un membre de la famille de l’opposant, M. Banciryanino est poursuivi pour « propos diffamatoires à l’endroit du chef de l’État, d’attentats et complot contre la personne du chef de l’État ».

Le concerné indique dans sa lettre signée le 7 octobre que « les interrogatoires que j’ai déjà subis jusqu’ici portent sur les propos que j’ai tenus à l’occasion de mes interventions dans les sessions de l’Assemblée Nationale, en ma qualité de député, législature 2015-2020 ».

Et de rappeler ce que dit la loi burundaise. »…Aux termes des articles 41 et 155 de la constitution… Et de l’article 13 du règlement d’ordre intérieur de l’Assemblée Nationale, un député ne peut être poursuivi pour des propos tenus en session parlementaire, sauf en cas de flagrance ».

L’ancien député affirme que ses propos sont loin de constituer des infractions contre qui que ce soit surtout pas contre « le chef de l’État à qui je dois tout le respect lié à ses plus hautes fonctions ».

Il demande à la CNIDH de s’impliquer dans cette affaire qui , selon lui bafoue ses droits « élémentaires ».

L’une des interventions les plus historiques de Fabien Banciryanino remonte à février cette année. L’opposant avait dénoncé un projet de loi élevant feu président Pierre Nkurunziza au rang de « Guide Suprême du patriotisme » avançant que « des disparitions forcées , des assassinats ciblés, des cadavres retrouvés dans des rivières, des Burundais contraints à l’exil…ont caractérisé son régime » avant de suggérer qu’il soit plutôt traduit devant la justice.


Ce jeudi, il a été entendu par un juge du parquet près la cour d’appel de Ntahangwa dans le nord de la ville de Bujumbura.

____________

Photo:Fabien Banciryanino 📸DR