Makamba : des habitants s’opposent à la mise en exécution des décisions de la commission nationale des terres et autres biens (CNTB)


Des habitants de la province de Makamba (Sud du Burundi) se sont opposés à la mise en exécution d’une décision rendue par la commission nationale des terres et autres biens. Ils dénoncent des décisions de cette commission qu’ils trouvent injustes.
Dans des réunions du conseil national de sécurité tenues dans les communes de Nyanza-lac et Mabanda respectivement mardi et mercredi dernier, ils ont accusé la commission , devant les membres du dit conseil, d’être source d’insécurité.
(SOS Médias Burundi)

Ce jeudi 12 novembre, des habitants de la colline de Buheka dans la zone de Kazirabageni de la commune de Nyanza-Lac ont empêché l’exécution des décisions de la cour spéciale de la commission des terres et autres biens( CNTB) dans une affaire qui oppose trois veuves considérées comme des résidentes( habitants qui n’ont jamais fui le Burundi au cours de différentes crises) à un certain Albert Ntirampeba alias Kidorogo ( rapatrié).

Des habitants disent que l’affaire avait été réglée depuis 1991. « Les commissions précédentes avaient réglé le conflit en 1991 et en 2009 avant que la commission ne soit dirigée par Monseigneur Sérapion Bambonanire qui a décidé l’expropriation des trois veuves au profit d’Albert Ntirampeba. Nous avons protesté contre la décision. Ce qui a même provoqué des manifestations soutenues par des députés élus dans la circonscription de Makamba. Il a été décidé de suspendre provisoirement des activités de la commission dans toute la province », disent des habitants de la colline de Buheka.

Selon nos sources, la cour spéciale de la CNTB, l’échelon supérieur de la commission a organisé une descente pour exproprier de nouveau les trois veuves. Elle s’est heurtée à une résistance des habitants.
 » Nous n’accepterons jamais que ces veuves soient expropriées »,, ont réagi des voisins qui précisent que leurs maris et enfants ont été tués lors de la crise de 1993 consécutive à l’assassinat de Malchior Ndadaye, premier président Hutu démocratiquement élu.

Et un administratif d’ajouter : pas question de persécuter encore une fois les trois veuves.

Dans des réunions du conseil national de sécurité qui ont eu lieu dans les communes de Nyanza-Lac et Mabanda mardi et mercredi, des habitants ont dénoncé les décisions de cette commission.

Makamba est l’une des provinces du Burundi où il y a beaucoup de conflits fonciers entre des rapatriés qui avaient fui les massacres de 1972 composés de Hutus et des habitants qui n’ont jamais fui le pays appelés « résidents », pour la plupart des Tutsis.

La province regorge à elle seule plus de 6700 litiges du genre.

La CNTB est souvent accusée d’être corrompue et de privilégier le premier groupe.