Ngozi : une vingtaine de militants du CNL libérés

Ngozi : une vingtaine de militants du CNL libérés

Dans la province de Ngozi, au nord du Burundi, 26 membres du parti CNL ont été déjà libérés depuis le début de ce mois. La plupart sont originaires des communes de Kiremba, Gashikanwa et Marangara. Ils avaient été arrêtés et emprisonnés en peu avant ou pendant la campagne électorale. (SOS Médias Burundi)

C’est un sentiment de satisfaction de la part de Jonas Nahimana, représentant provincial du CNL. Il salue la décision et demande à la justice de relâcher d’autres militants « détenus arbitrairement », selon lui.
« C’est une bonne chose de les libérer mais il y a d’autres militants de notre parti qui croupissent en prison. Le mieux serait de les libérer immédiatement », a-t-il réagi.

« Nos frères ont été arrêtés sans mandat par des éléments de la police en collaboration avec des jeunes Imbonerakure. Ils ont été interpellés pour la plupart pendant la campagne. Nous avons démontré leur innocence à plusieurs reprises, en vain », rappelle un proche d’un membre du CNL de Kiremba qui a dernièrement recouvré sa liberté.

Selon nos estimations, au moins 123 opposants étaient en prison à Ngozi à la fin du mois de novembre.

____________

Photo : vue de l’intérieur de la prison de Ngozi

Previous Instantané - Lusenda : ils n’étudient plus, ils travaillent pour aider leurs parents
Next Nduta (Tanzanie) : au moins 200 enseignants victimes d’une intoxication alimentaire

About author

You might also like

Politique

Arrestation de deux opposants à Gihanga

Anne Sinzumusi et Augustin Matata successivement ancienne représentante du parti MSD (Mouvement pour la Solidarité et la Démocratie) et responsable local de sécurité au sein du CNL ont été arrêtés

Politique

ÉLECTIONS 2020 : le CNARED pose des conditions pour participer aux élections

Le directoire du Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha, de la Constitution de 2005 et l’Etat de Droit (CNARED) s’est réuni en fin de semaine dernière. Dans un

Politique

Le gouverneur refuse le fonctionnement de la permanence du CNL

Le gouverneur a reporté sine die l’ouverture de la permanence de ce parti d’opposition. Les frais de loyer pour deux ans que le CNL avait débloqué s’élèvent à 4 millions