Fizi (RDC) : l’armée libère trois employés de Norwegian Refugees Council

Fizi (RDC) : l’armée libère trois employés de Norwegian Refugees Council

Ils avaient été kidnappés par des hommes armés non encore identifiés à Lukongo. C’est sur le territoire de Fizi dans la province du Sud-Kivu (Est de la RDC). Tout s’est déroulé hier en fin d’après-midi. (SOS Médias Burundi)

Selon le responsable militaire à Fizi, les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) ont libéré trois fonctionnaires de Norwegian Refugees Council après des combats qui les ont opposés aux ravisseurs. Les hommes armés se sont repliés dans la forêt menant vers la zone d’Isebele.

C’est dans cet endroit qu’ils ont laissé les trois employés de cette ONG internationale. « Le groupe qui les avait kidnappés a été obligé de les laisser dans cette forêt après avoir constaté que nous étions plus forts que lui », indique un militaire qui a participé dans la libération.

Les salariés de Norwegian Refugees Council se rendaient dans le centre de Fizi en provenance de Mukela.

Previous Irumu : seize morts dans les rangs des miliciens du FPIC à Mwanga
Next Nyarugusu (Tanzanie) : au moins quinze réfugiés interpellés

About author

You might also like

Droit de l'Homme

Affaire Burambi : l’interminable poursuite des membres des familles de trois hommes tués par la police

Après les deux fils de feu Déo Niyongabo, un ancien sous-officier de l’armée à la retraite tué dans une opération de la police le 16 janvier 2021 et de son

Droit de l'Homme

Cibitoke : un policier accusé de viol sur mineur incarcéré

APC 2 Cyriaque Bivakumana a été arrêté par des collègues policiers. Accusé de « viol sur mineure », il est détenu dans le cachot de la police à Cibitoke ( nord-ouest du

Droit de l'Homme

Burundi-Élections: l’Initiative pour les droits humains au Burundi (IDHB) dénonce l’inertie de la communauté internationale face aux crimes commis

Elle l’a dénoncé dans un communiqué sorti ce lundi. Cette organisation parle de l’ « inertie de l’opinion internationale alors que des tensions électorales se durcissent au Burundi ». ( SOS Médias