Burundi : la PARCEM dénonce des enrichissements illicites des membres du gouvernement

Burundi : la PARCEM dénonce des enrichissements illicites des membres du gouvernement

Dans un point de presse, tenu ce jeudi, Faustin Ndikumana, représentant de l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil des Consciences et le changement des Mentalités, a dénoncé une course à l’ enrichissement illicite des grands ténors du gouvernement de Ndayishimiye sans les citer nommément. (SOS Médias Burundi)

Selon M. Ndikumana, la cour des comptes devrait agir.
« C’est impensable que des membres influents du gouvernement construisent des immeubles avec de l’argent dont on ignore la provenance. Grâce à leur poste, ils exigent au gouvernement leur location. La cour des comptes devraient agir car ce sont des détournements de fonds publics qui sont en jeu qui provoquent des conflits d’intérêt, » a indiqué Faustin Ndikumana.

Il exhorte le président Evariste Ndayishimiye à contrôler le secteur d’exonération et des marchés publics. «C’est irresponsable que les membres du gouvernement fassent le commerce et bénéficient des exonérations. C’est une concurrence déloyale de la part des contribuables loyaux qui s’acquittent des taxes et impôts. A côté de cela, il faut être haut placé pour bénéficier d’un marché public. Cela doit s’arrêter car ça ne fait qu’empirer la pauvreté qui règne au Burundi,» a-t-il renchéri.

Selon M. Ndikumana, seul le président de la République peut arrêter ce phénomène car toutes les institutions, dont la cour des comptes, sont impuissantes face à «de grands ténors du gouvernement» qui contrôlent l’économie burundaise.

________

Photo : Faustin Ndikumana, président de la PARCEM

Previous Muha-Bujumbura : rareté des cartes d'assurance maladie
Next Gitega : l'association des albinos du Burundi sonne l'alerte