Buganda : un Béninois tué

Buganda : un Béninois tué

Franck Nyandaka, originaire du Bénin en même temps pasteur d’église a été retrouvé mort ce mardi au bord de la rivière Rusizi. C’est en commune de Buganda en province de Cibitoke (Nord-ouest du Burundi). Sa famille pointe du doigt des jeunes Imbonerakure du CNDD-FDD d’être auteurs du meurtre. La police indique avoir ouvert une enquête. (SOS Médias Burundi)

Ce sont des pêcheurs qui ont découvert le corps de Franck Nyandaka ce mardi après-midi. Il gisait au bord de la rivière Rusizi, au pied de la colline de Nyamitanga, à la transversale 4.

Alertées, la police et l’administration à la base se sont déplacées sur le lieu de la découverte macabre. Le cadavre a été évacué vers Bujumbura (capitale économique).

Circonstances de la mort

Selon ses proches, l’homme d’église et sa famille (son épouse et leurs deux enfants) revenaient d’une mission d’évangélisation en Afrique du Sud et en Centrafrique. « De leur retour, ils sont passés par la RDC. Arrivés de l’autre côté de la Rusizi samedi dernier, ils devraient avoir des gents pour les aider à traverser la rivière. C’est ainsi qu’ils ont fait recours à des Imbonerakure adaptés à nager », racontent des témoins.

Selon nos sources, l’équipe des jeunes du CNDD-FDD a aidé à traverser le reste de la famille laissant à l’autre bord le pasteur. « Ils ont laissé M. Nyandaka de l’autre côté et accompagné sa famille prendre un véhicule qui les a embarqués vers Bujumbura », a-t-on appris des sources locales.

Selon nos sources, les jeunes Imbonerakure en question sont retournés à la Rusizi après quelques heures pour prendre Franck Nyankanda. « Comme ils s’étaient aperçus qu’il avait une grosse somme d’argent sur lui, au lieu de le ramener à la terre burundaise, il l’ont égorgé et jeté sur les bords de la rivière », rassurent-elles.

La famille du défunt exige l’arrestation des Imbonerakure qui, selon elle sont sans doute responsables de l’assassinat. La police à Cibitoke promet une enquête.

Plusieurs corps ont été découverts dans la localité depuis la décision du gouvernement burundais de fermer ses frontières terrestre et maritime pour limiter la propagation du Covid-19. Il y a deux mois, quatre jeunes Imbonerakure ont été punis des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement pour avoir torturé, tué, séquestré des passagers qui traversent la Rusizi et usurpation du pouvoir.

___________

Photo : des agents de la police de la protection civile sur lieu de la découverte macabre pour récupérer le corps

Previous Uvira (RDC) : des Burundais détenus à Uvira
Next Makamba : un militant du CNDD-FDD interpellé