Bujumbura : pénurie des boissons de la Brarudi

Bujumbura : pénurie des boissons de la Brarudi

Depuis deux semaines, des boissons de la Brarudi (Brasseries et Limonaderies du Burundi) se raréfient dans Bujumbura (la capitale économique). Des propriétaires de bar affirment éprouver de sérieux problèmes à satisfaire leurs clients. (SOS Médias Burundi)

Selon des témoins, plusieurs points de vente des produits de la Brarudi ne sont pas approvisionnés pour enfin servir les propriétaires de bars. « Ça fait plus d’une semaine que des camions de la Brarudi ne nous approvisionnent pas. Voyez-vous, il y a des gens qui viennent à tout moment nous demander si nous avons été servis, en vain. Nous ne savons pas où réside le problème », a confié à SOS Médias Burundi un responsable d’un dépôt de la Brarudi dans la zone de Ngagara au nord de Bujumbura.

Des propriétaires de bars et boutiques qui parviennent à avoir les boissons alcoolisées et non alcoolisées affirment dépenser beaucoup d’argent et être obligés de hausser les prix. « On doit aller acheter quelques caisses loin de la ville où on nous en signale quelques unes. Si on se déplace et paie le transport, on doit donc majorer le prix pour récupérer les dépenses. Il n’y a même pas de bénéfice, c’est juste pour garder la clientèle », indique un gérant d’une buvette en zone de Gihosha (nord de Bujumbura) qui affirme vendre les boissons de la Brarudi avec une hausse variant entre 200 et 300 francs burundais la bouteille.

Au quartier de Bwiza (centre de la ville), des propriétaires de bars indiquent qu’ils acceptent d’acheter les boissons chez des boutiquiers qui en ont encore à des prix de détaillants. « Ainsi donc, nous devons à notre tour les revendre à un prix supérieur pour un petit bénéfice », avouent-ils.

Des détaillants de produits Brarudi devant le plus grand point de vente

La situation est la même dans les zones sud de Bujumbura. Le prix pour les limonades est passé de 800 francs à 1100 au moment où les boissons alcoolisées connaissent une augmentation du prix allant jusqu’à 300 francs par bouteille.

Il y a deux jours, la Brarudi a officiellement annoncé que les prix de ses produits sont revus à la hausse. Les limonades devront désormais s’acheter à 800 francs au lieu de 700, l’Amstel passe de 1800 à 2000 tandis-que la bière royale passe de 2000 à 2200 francs burundais la bouteille.

Un porte parole de la plus grande brasserie du Burundi explique que « faire respecter les prix relève de la responsabilité du ministère en charge du commerce ».
Le ministère de sa part promet de s’exprimer dans une conférence de presse qu’il compte organiser prochainement.

______________

Photos : des détaillants de produits Brarudi devant le plus grand point de vente dans la zone de Kanyosha ,sud de Bujumbura, mai 2021

Previous Rumonge : la montée des eaux du lac Tanganyika paralyse les activités
Next Makamba : mauvaise cohabitation entre conducteurs de taxi-moto et la police