Makamba : mauvaise cohabitation entre conducteurs de taxi-moto et la police

Makamba : mauvaise cohabitation entre conducteurs de taxi-moto et la police

Une tension règne depuis plus d’un mois entre des conducteurs de taxi-moto et des agents de la police en province de Makamba (sud du Burundi). Les premiers accusent la police de compliquer leur travail en procédant à des saisies de motos à tout va. La police quant à elle dit opérer un contrôle régulier pour rétablir l’ordre. (SOS Médias Burundi)

La police a intensifié la saisie des motos partout où elles se trouvent. Qu’elles soient garées ou en circulation. « Les responsables policiers ont ordonné à leurs agents de saisir toute moto partout où elle se trouve », affirme un propriétaire d’un taxi moto.

Les propriétaires de motos privées et conducteurs de taxi moto estiment qu’il s’agit d’une violation de leur droit. Des motards qui assurent le transport se disent gênés et accusent la police de les obliger à payer des amendes allant de 60 à 100 mille francs burundais par moto. « Si nous n’avons pas la somme exigée, nous devons négocier pour récupérer notre moto. Nous travaillons à perte alors que c’est la seule source de revenu pour la plupart d’entre nous », se lamentent-ils.

Des clients qui, au quotidien se déplacent à moto disent être perturbés par cette chasse policière qui cause plusieurs accidents. Les responsables de la police locale expliquent que les agents font un travail de routine visant à rétablir l’ordre. « On doit faire un contrôle régulier pour lutter contre ceux qui utilisent des motos volées ailleurs pour le transport et ceux qui se déplacent sans documents », rassure la police locale.

___________

Photo : parking des taxi-motos

Previous Bujumbura : pénurie des boissons de la Brarudi
Next Kirundo-Muyinga : la CVR recherche des fosses communes de 1972