Nakivale (Ouganda) : des centres de santé débordés

Nakivale (Ouganda) : des centres de santé débordés

La malaria et la fièvre typhoïde font rage dans le camp de réfugiés de Nakivale en Ouganda. Des structures de santé sont bondées de patients, la plupart étant des enfants de moins de cinq ans. (SOS Médias Burundi)

Au centre de santé de Nyarugugu (Health centre III), notre reporter a constaté que sur chaque lit, il y a au moins trois patients. « La situation sanitaire est très déplorable. Chaque lit est occupé par trois ou quatre enfants. On a presque oublié des mesures de distanciation sociale liées au Covid -19, cette pandémie pourtant présente dans notre camp”, s’inquiètent des mères dont les enfants sont admis à l’hôpital.

Un volontaire médical se dit débordé. Il indique que le personnel soignant se trouve dans l’obligation de renvoyer des malades chez eux. « Des patients susceptibles d’être hospitalisés sont pour le moment obligés de rentrer à la maison où ils sont néanmoins suivis par des agents de santé communautaire. Il n’y a aucune autre solution car il n’y a plus de place à l’hôpital”, indique-t-il.

La pédiatrie a été réaménagée et renforcée suite au surnombre de patients. Elle disposait de huit lits seulement. « La plupart des enfants malades ont l’âge compris entre 0 et 3 ans. La majorité souffre du paludisme ou de la fièvre typhoïde », indique un infirmier.

Des réfugiés déplorent aussi le manque criant de médicaments. “Je ne sais pas quoi faire, mon bébé est à l’agonie mais on me dit de rentrer à la maison et on me donne seulement trois comprimés de paracétamol”, se désole une maman.

Le manque de médicaments pousse les réfugiés à se tourner vers la médecine traditionnelle ou à l’automédication, d’après un des représentants de réfugiés. “Depuis deux semaines il y a un flux massif d’enfants souffrant de la malaria, c’est pourquoi le stock se vide très rapidement”, tente d’expliquer un agent de service de santé de Nyarugugu Health Centre III.

Cependant, d’après des informations non encore confirmées, les médicaments ont été volés. Huit agents médicaux poursuivis dans l’affaire sont en détention. Des réfugiés crient au secours et demandent l’intervention du HCR pour minimiser les dégâts dans cette partie du camp des Burundais, qui abrite plus de 40 mille réfugiés.

___________

Photo : la pancarte montrant un centre de santé au camp de Nakivale

Previous Nduta (Tanzanie) : reprise du scholarship universitaire
Next Meheba (Zambie) : le covid-19 fait une victime