Kirundo : un responsable local du CNL introuvable à Gitobe, un autre en détention

Kirundo : un responsable local du CNL introuvable à Gitobe, un autre en détention

Les deux responsables du premier parti de l’opposition en commune de Gitobe (province de Kirundo, nord du Burundi) sont incarcérés depuis ce lundi. Un se trouve dans les cachots de la police judiciaire de Kirundo l’autre a été conduit dans une destination jusqu’ici inconnue. Ils ont été interpellés suite à la fuite d’un rapatrié venu du Rwanda recherché par la police. Des sources proches du CNL indiquent que leurs responsables sont sous interrogatoire pour perturbation de la sécurité. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources locales, un tract affirmant qu’un certain Serges récemment rentré du camp de réfugiés de Mahama au Rwanda détient un fusil AK-47 et des grenades a circulé le week-end dernier. L’homme habitait la colline de Gihosha,en commune de Gitobe.

L’ administrateur de cette commune a pris connaissance du tract ce lundi à son bureau et a vite dépêché des policiers pour l’appréhender. Avant que la police n’arrive au domicile de Serges, il avait pris le large. La police a alors décidé de fouiller la maison.

Des informations recueillies indiquent que les policiers seraient tombés sur un carnet dans lequel est décrit le panorama de la province de Kirundo, les positions militaires ainsi que le camp militaire de Mutwenzi (même province). En revanche personne ne prouve si cela a bien été trouvé chez lui ou s’il ne s’agit pas d’un montage.

Pendant la nuit, le commissaire provincial de police s’est déplacé sur la colline et a arrêté Nepomuscene Ndungutse, responsable du parti du CNL sur la colline Gihosha où vivait le rapatrié Serges, de l’ethnie Tutsi.

Après avoir appris son interpellation, Ernest Mbazumutima, responsable communal de ce parti a passé un coup de téléphone à l’administrateur pour s’enquérir des mobiles de l’arrestation de M. Ndungutse. Il a été sommé de les rejoindre à la commune. M. Mbazumutima a d’abord caché ses téléphones avant de se rendre à la commune. La première chose qu’on lui a demandé est de rendre ses téléphones, qu’il n’avait pas sur lui.

Les deux interpellés ont été embarqués dans le véhicule du commissaire provincial de police et ont été acheminés au domicile de Mbazumutima à la recherche des téléphones qui n’ont pas été trouvés.

Vers 21h, ils ont décidé de les acheminer à Kirundo pour enquêtes. Ernest Mbazumutima a été mis au cachot de la police judiciaire tandis que Nepomuscene Ndungutse a été acheminé vers un lieu jusqu’ici inconnu. Certains pensent qu’il aurait été conduit au cachot du service national de renseignements, SNR à Bujumbura (capitale économique) et d’autres croient qu’il serait au cachot du SNR à Kirundo.

Ses proches et sa famille politique disent s’inquiéter pour sa sécurité. Actuellement, une alerte a été lancée surtout en communes de Bwambarangwe et Muyinga (province de Muyinga, voisine de Kirundo) pour appréhender le rapatrié Serges. Des sources proches de l’affaire indiquent que leur libération est conditionnée par l’arrestation de Serges, « sinon ils doivent payer à sa place ».

_______________

Photo : la permanence du parti CNL à Kirundo

Previous Bururi-Rutovu : arrestation d’une femme accusée de meurtre
Next Rumonge : 7 prisonniers accusés de complicité d’évasion d'un sujet kényan transférés à la prison centrale de Rutana