Nduta (Tanzanie) : sept personnes testées positives au Covid-19

Nduta (Tanzanie) : sept personnes testées positives au Covid-19

Dans le camp de réfugiés de Nduta, sept personnes ont été testées positives au Covid-19 jusqu’à ce dimanche. Les réfugiés disent avoir peur de la propagation de la pandémie alors que des responsables sanitaires indiquent avoir pris des mesures barrières. (SOS Médias Burundi)

Les réfugiés du camp de Nduta vivent la peur au ventre depuis vendredi dernier. C’est après la découverte de cas positifs de Covid-19. “À l’hôpital de MSF (Médecins Sans Frontières) Nduta, deux cas ont été testés positifs vendredi. Il s’agit d’un Tanzanien et d’un Burundais. Ce dimanche, cinq autres réfugiés ont été déclarés positifs au Covid-19. Ils ont été mis dans un centre d’isolement où ils sont sous traitement médical », a indiqué une source médicale à Nduta qui précise que le camp est soumis à des mesures strictes de prévention de cette pandémie.

“On envisage la distribution massive de masques, mais dans l’entre temps, les mouvements des réfugiés sont limités. Celui qui se présente à l’hôpital doit être testé pour savoir son état de santé et il doit porter impérativement un masque. L’on craint le pire dans ce camp qui abrite plus de 53 mille Burundais ”, ajoute-t-elle..

La Tanzanie avait nié la présence du Coronavirus jusqu’à l’accession au pouvoir de la nouvelle présidente Samia Suluhu Hassan à la suite de la mort de son prédécesseur John Pombe Magufuli en mars dernier.

La nouvelle équipe au pouvoir a alors décidé d’autoriser des tests et des vaccins dans plusieurs lieux publics. Elle a aussi déclaré que les camps de réfugiés soient prioritaires dans le programme de vaccination, car selon elle, ce sont des foyers à haut risque.

La déclaration a été bien accueillie par les réfugiés burundais qui demandent que ces vaccins soient mis à leur disposition dans les meilleurs délais.

____________

Photo : vue du camp des réfugiés de Nduta

Previous Mugina : découverte macabre
Next Kayokwe : libération de trois militants du CNL dont un responsable local