Mahama (Rwanda) : 86 cas de Covid-19 testés positifs dans le camp de réfugiés burundais


C’est le ministère en charge de la santé au Rwanda qui a publié ces chiffres. Parmi des réfugiés burundais du camp de Mahama, 86 ont été testés positifs au Covid-19 au cours des deux dernières semaines. Après l’annonce, des mesures de protection dont le confinement total du camp ont été prises par les responsables du camp. (SOS Médias Burundi)

Depuis le début de la pandémie, des réfugiés burundais de Mahama avaient été épargnés. C’est le 14 octobre que le premier cas a été déclaré à Mahama.

Dans les jours qui ont suivi, le nombre a été sensiblement revu à la hausse jusqu’à au moins 86 aujourd’hui.

C’est la peur panique chez ces Burundais. Ils se disent être très inquiétés par cette propagation de la pandémie au sein du camp et craignent le pire.

“Nous sommes une grande communauté de plus de 59,000 personnes. Nous vivons ensemble et fréquentons presque les mêmes milieux publics à savoir les points d’eau, le centre d’approvisionnement en vivres, les centres de santé et tout le temps plusieurs personnes sont en contact par manque d’occupation. Et donc il est très facile que le Covid-19 se propage à une vitesse incontrôlable, si nous ne faisons pas attention” estime un réfugié burundais du camp de Mahama.

Coté administration, plusieurs mesures de protection ont été déjà prises et le camp est soumis à un confinement total.

“Personne n’entre et ne sort sauf en cas de force majeure. Nous avons installé plusieurs points de lavage de mains, des volontaires sillonnent le camp pour renforcer la culture de port obligatoire de masques, tous les rassemblements publics et réunions sont momentanément suspendus tandis que le nombre de ceux qui vont au marché a été réduit à moins de la moitié” a précisé André Vuganeze, gestionnaire national du camp de Mahama, sur les ondes de la VOA( service Kurundi/ Kinyarwanda).

Ce fonctionnaire du ministère en charge de la gestion des catastrophes, souligne que les cas déjà testés positifs sont soignés à domicile.

“Le ministère de la santé a pris la mesure de suivre les cas positifs à domicile, c’est ce qui se fait aussi ici au camp de Mahama. Tous ces cas déjà déclarés sont sur un traitement et suivi médical à la maison dans leurs villages sous la mise en quarantaine à domicile. Nous tenons à tranquilliser les réfugiés que ces cas sont surveillés pour ne pas contaminer les autres. Mais aussi tout le monde doit être responsable partout pour éviter d’attraper le Coronavirus”, a-t-il ajouté.

Cependant, pour ces Burundais, ces mesures ne sont pas suffisantes.

“Il vaudrait mieux que tout suspect soit isolé pour s’assurer qu’il n’y a pas de nouvelles contaminations. Or s’ils restent chez eux, c’est le pire qui risque de s’abattre sur nous car les maisons sont serrées dans nos villages. Et puis cette pandémie vient empirer la situation économique qui était déjà précaire au sein du camp. La fermeture des portes du camp pourrait entrainer la pénurie des vivres car nous nous approvisionnions à l’extérieur du camp”, disent des réfugiés.

Tous ces cas sont confirmés parmi les réfugiés qui se font dépister avant leur rapatriement volontaire. Les réfugiés s’inquiètent que l’ampleur du Covid-19 pourrait être plus importante qu’on ne le croit dans le camp. Ils demandent qu’il y’ait un dépistage de masse à Mahama.

Le Rwanda compte plus de 5000 cas de Covid-19 avec 4800 patients qui sont guéris et 34 décès.

_______________

Photo: vue panoramique du camp de Mahama