Burundi : des explosions à l’aéroport de Bujumbura

Burundi : des explosions à l’aéroport de Bujumbura

Au moins deux bombes mortier 60 ont été larguées hier soir à l’aéroport de Bujumbura la capitale économique. Certaines sources parlent de deux et d’autres de trois qui ont atteint l’aéroport sans faire de dégâts. L’administration locale parle de bombes mortier 60 et d’une situation maîtrisée. Red Tabara, un mouvement burundais armé basé en RDC voisine a revendiqué l’attaque sur son compte Twitter. (SOS Médias Burundi)

Les détonations ont été entendues vers 23h. Des sources à l’aéroport international de Bujumbura confirment qu’au moins trois mortiers l’ont touché. « Une bombe a explosé à la sortie de bagages au moment où une autre a touché l’endroit où on procède à des tests Covid-19 », ont indiqué nos sources.

Elles confirment qu’aucun dégât n’est à déplorer. Tard dans la nuit le mouvement armé Red Tabara installé dans la province du Sud-Kivu à l’est de la RDC a revendiqué l’attaque. « Vers 23h du 18/09/2021, nous avons lancé plusieurs obus à l’aéroport international de Bujumbura. Nous avons également eu des échanges de tirs d’au moins une heure avec les militaires d’une position qui protègent l’aéroport », dit le Tweet.

Mais une source aéroportuaire affirme qu’aucun échange de tirs n’a eu lieu. « Ni nos agents en charge de la protection de l’aéroport, ni les militaires du camp Gakumbu (basé dans les enceintes de l’aéroport) n’ont réagi. Les bombes ont explosé et plus rien après », a-t-elle expliqué tout en étant étonnée que de tels obus largués à partir d’une petite distance puissent atteindre l’aéroport.

Le seul aéroport dont dispose la petite nation de l’Afrique de l’est est situé dans la réserve naturelle de la Rukoko. Cette réserve est séparée de la RDC par la rivière Rusizi.

L’administration locale en commune de Mutimbuzi, province de Bujumbura (ouest) où l’aéroport est situé confirme sans donner de détails que des bombes mortier 60 ont été lancées ce samedi soir. « Elles ont été larguées par des inconnus. Nous ignorons ce qu’ils visaient. Ce matin, les forces de l’ordre et de sécurité ont opéré des fouilles à Gatumba (frontière avec le Congo), sur le long de la Rusizi et dans les ménages des environs de la réserve de Rukoko pour vérifier si des malfaiteurs ne se seraient pas cachés dans ces endroits », fait-elle savoir.

Selon une source proche du CNDD FDD, le parti présidentiel, des informations faisant état d’une probable attaque en provenance de la RDC étaient déjà partagées dans la capitale économique Bujumbura tôt dans la soirée.

Ce dimanche, le président burundais devrait utiliser l’aéroport pour se rendre aux États-Unis afin de participer à New-York à une Assemblée des chefs d’États et de gouvernements à l’ONU.

Certains observateurs pensent que les auteurs de l’attaque ont voulu montrer qu’il y a l’insécurité au Burundi pour que le président soit ramené par ses homologues à des « négociations avec les vrais opposants ».

Aucune communication officielle sur l’incident n’a été faite jusqu’au moment où cet article est mis en ligne.

_____________

Photo : vue de l’aéroport international Melchior Ndadaye

Previous Mwaro : une femme tuée par balle à Kayokwe
Next Kiganda : cinq membres de la commission de recrutement des enseignants en détention