Burundi : 28 ans après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, la démocratie laisse à désirer

Burundi : 28 ans après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, la démocratie laisse à désirer

Le Burundi a commémoré ce jeudi 21 octobre le 28e anniversaire de l’assassinat du premier président démocratiquement élu Melchior Ndadaye. Son parti déplore que sa promesse d’instauration d’un pouvoir démocratique n’a pas été honoré par ses successeurs. (SOS Médias Burundi)

Les cérémonies officielles de cette commémoration se sont déroulées à Bujumbura, la capitale économique. Comme pour toutes les années antérieures, une messe en sa mémoire qui a vu la participation des hautes autorités du pays et des représentants des corps diplomatiques a été organisée à la cathédrale Regina Mundi. Après la messe, des gerbes de fleurs ont été déposées au site où feu président Melchior Ndadaye et d’autres cadres du pays tués en 1993 ont été enterrés.

Le parti Sahwanya Frodebu (Front pour la démocratie au Burundi) dont M.Ndadaye fût un des fondateurs déplore que la démocratie n’a pas encore été effective dans le pays. Selon le président de ce parti, l’état démocratique est souvent confondu par le multipartisme. « On a des problèmes récurrents qui empêchent la démocratie d’avancer », dit-t-il.

Il souligne entre autres la violation des droits humains, les assassinats, les détention et emprisonnements illégaux, le chômage chronique, la pauvreté, l’insécurité. « C’est une entrave à la démocratie », estime-t-il.

Pierre Claver Nahimana note aussi des avancées. « Il y a des médias même privés, plusieurs partis politiques, des associations de la société civile », indique-t-il en précisant que cela ne suffit pas.

L’homélie centrée sur l’amour, la paix et la justice.

Dans la messe de commémoration, Mgr Anatole Ruberinyange, adjoint de l’archevêque de Bujumbura a centré son message sur la réconciliation des Burundais.

Le président Ndayishimiye en compagnie de son épouse et la première Dame nigérienne participent à la messe à la cathédrale Régina Mundi à Bujumbura

Il a indiqué que chacun devrait allumer et garder vif le feu de l’amour de Dieu dans son cœur, lequel s’était éteint en 1993. « Avec ce feu, nous ne connaîtrons plus des périodes sombres comme en 1993 », a-t-il insisté en se basant sur l’évangile de Saint Luc.

Il en a appelé à tous d’être partisans de la paix et de la justice et a appelé les autorités burundaises à privilégier un retour de réfugiés et de considérer ces derniers comme des citoyens ayant un apport dans la construction du pays.

La guerre civile qui a suivi l’assassinat de Ndadaye entre des mouvements rebelles Hutus dont le CNDD-FDD,l ‘actuel pari présidentiel et l’armée de l’époque qui était principalement composée de Tutsis et qui a duré plus de dix ans a emporté la vie de plus de 300 mille personnes, selon l’ONU.

_____________

Photo : Evariste et Angeline Ndayishimiye,le couple présidentiel burundais se recueillent devant la tombe de Melchior Ndadaye

Previous Ngozi : le cachot de la police judiciaire est submergé
Next Rumonge : découverte d'un corps