Mabanda : assassinats ciblés des personnes présentant une déficience mentale

Mabanda : assassinats ciblés des personnes présentant une déficience mentale

Au moins trois personnes vivant avec une déficience mentale ont été tuées dans des circonstances obscures dans la commune de Mabanda en province de Makamba (sud du Burundi) au cours des deux derniers mois. Les auteurs des meurtres n’ont pas encore été identifiés. Des habitants soupçonnent que les assassinats seraient en liens avec des pratiques superstitieuses. Ils demandent une enquête indépendante. (SOS Médias Burundi)

Les victimes étaient connues au chef-lieu de la commune de Mabanda. Elles étaient considérées comme des « malades mentaux », selon des sources locales.

« Certains les considéraient comme des fous, d’autres comme des déficients mentaux. Mais en réalité, c’était question de terminologie. Ils avaient les traits communs: ne pas être normal pour vivre comme les autres », racontent des habitants.

Et de préciser, « Malheureusement, trois d’entre eux dont un certain Jérémie, Ntisinzira et une autre femme ont été assassinés dans des circonstances obscures. Leurs parties génitales ont été amputées. Deux autres personnes présentant le même handicap sont portées disparues depuis quelques jours. Nous ne savons pas si elles sont encore en vie ».

Selon des sources locales, les victimes auraient été tuées par des individus qui croient pouvoir s’enrichir en se servant des appareils génitaux, des seins et l’utérus des personnes présentant un handicap mental. « Depuis longtemps, il y a des commerçants qui croient qu’il faut utiliser des parties du corps des gens spécifiques pour être riches. Nous soupçonnons que les trois individus auraient été assassinés dans ce sens. Que la police fasse une enquête indépendante pour démasquer les auteurs », disent des proches des victimes.

_______________

Photo : la province de Makamba

Previous Nyarugusu (Tanzanie) : vol de robinets
Next Gihanga : un opposant enlevé par le SNR meurt dans un hôpital, sa famille n'accède pas à son corps