Nyarugusu (Tanzanie) : des cas de soupçons de sorcellerie qui font peur aux réfugiés

Nyarugusu (Tanzanie) : des cas de soupçons de sorcellerie qui font peur aux réfugiés

Au camp de Nyarugusu en Tanzanie, des soupçons de sorcellerie divisent les réfugiés burundais. La police et l’administration du camp disent que ces informations sont difficiles à vérifier. (SOS Médias Burundi)

Au moins cinq personnes sont déjà mortes dans des circonstances floues depuis le mois de décembre. Selon une source dans le camp, d’autres agonisent sur le lit d’hôpital. Des soupçons de sorcellerie sont privilégiées.

“Deux de ces personnes sont mortes à l’hôpital juste après injections des sérums. D’autres sont mortes à la maison, elles vomissaient ce qui ressemble à des boules. Sans doute, elles avaient été empoisonnées”, estiment des réfugiés burundais.

Certains villages ont été déjà rebaptisés avec des noms des endroits où les grigris sont abondants en Afrique.

“Dans la zone 8, il y a un village dénommé Nigeria et en zone 9, il y a un village baptisé Bushingo (une partie de la Tanzanie riche en sorcellerie). Dans ces villages, les morts se comptent par semaine”, affirment des Burundais.

Une peur panique s’installe dans le camp. Les gens risquent de se faire justice.

“La partie la plus touchée est celle occupée par des Burundais qui s’approvisionnerait dans la partie des Congolais”, ajoutent des réfugiés.

La police et l’administration ont pris avec attention ces informations qui sont très difficiles à vérifier, d’après une source administrative.

Elles ont déjà tenu une réunion de sensibilisation pour que celui qui tombe malade se rende à l’hôpital et non faire recours aux féticheurs.

Elles demandent aux réfugiés de ne pas se faire justice. Le camp de Nyarugusu compte plus de 130 mille réfugiés dont près de 50 mille Burundais.

______________

Photo d’illustration : un pancarte indiquant le camp des réfugiés de Nyarugusu

Previous Cibitoke : trois orpailleurs ont trouvé la mort à Bukinanyana
Next Nakival (Ouganda) : une grippe sévère frappe fortement les réfugiés