Kirundo : montée de prix de certains produits

Kirundo : montée de prix de certains produits

Des commerçants se livrent à des spéculations en province de Kirundo (nord du Burundi). Le sucre qui normalement coûte 2500 s’achète entre 6000 et 7000 francs au marché noir après quelques heures de distribution. Cette flambée de prix se manifeste également pour des produits de la Brarudi (Brasseries et limonaderies du Burundi) ainsi que des produits comme le ciment de la compagnie Buceco (Burundi Cement Compagny). Excédés, des habitants demandent une régularisation de l’administration. (SOS Médias Burundi)

La pénurie de certains produits comme le sucre, le ciment et les boissons Brarudi engendrent des spéculations de la part de quelques commercants.

« Il y a eu distribution du sucre mercredi dernier au profit des commercants bien identifiés. Mais nous constatons que la plupart d’entre eux détournent quelques sacs pour les vendre au marché noir à plus 200 mille au lieu de 125 mille francs, le sac. A ce moment-là les détaillants vendent le sucre entre 6 mille et 7 mille francs », indique un habitant.

Plus de 30 sacs de sucre ont été saisis par la police chez Innocent Nsengiyumva, un commerçant du quartier Rupfunda situé au centre urbain de Kirundo. Le sucre destiné à alimenter le marché noir a été vite acheminé au commissariat de police de Kirundo. Le commerçant a quant à lui pris le large après avoir été démasqué.

La population signale que M. Nsengiyumva n’est pas le seul et dénonce la complicité de certaines autorités locales qui laissent faire d’autres commerçants véreux.

Pour le cas du ciment de la compagnie Buceco, les prix sont presque devenus habituels. Un sac est vendu à 36 mille francs alors que la police et les renseignements sont censés surveiller son déchargement. Le prix officiel est fixé à 24.500.

« On se demande comment cette pénurie persiste alors qu’il y a une forte présence de différentes autorités.
À moins qu’elles ne soient complices et qu’elles ne profitent aussi de ce chaos », insistent des habitants du centre de Kirundo.

Pour ce qui est des produits de la Brarudi, les prix sont diversifiés. Plusieurs commerçants ne respectent pas les prix officiels fixés par le gouvernement.
« Pour les produits alcoolisés, il y a eu majoration de 300 francs par bouteille au centre urbain de la province. Durant les heures avancées, la majoration est de 500 francs par bouteille. Dans les milieux ruraux, la majoration des prix varie entre 800 et 1000 francs », signale un consommateur.

_______________

Photo : la province de Kirundo

Previous Bujumbura : des malades de cancers tirent la sonnette d'alarme
Next Rumonge : le gouverneur interdit la vente de maïs grillé