Gitega : l’insuffisance d’avocats entraîne la hause des prix sur le marché

Gitega : l’insuffisance d’avocats entraîne la hause des prix sur le marché

Faisant un tour sur les petits marchés situés dans les différents quartiers de la ville de Gitega (capitale politique), nos reporters ont constaté une augmentation très sensible des prix de l’avocat. Le prix d’un avocat passe facilement de 100 francs burundais à 300 par pièce. Certaines familles avaient pour habitude de s’approvisionner en quantités suffisantes. Elles disent qu’elles ont des difficultés pour s’en procurer. (SOS Médias Burundi)

Les commerçants d’avocats à Gitega disent qu’ils doivent aller s’approvisionner dans les provinces de Ruyigi et de Karusi (centre-est) où ils doivent dépenser beaucoup d’argent pour le transport.

D’autres commerçants regrettent le fait que les avocatiers sont souvent coupés pour la fabrication du charbon. D’autres habitants utilisent ces avocatiers comme bois de chauffage lors de la fabrication des briques cuites. Des vendeurs demandent aux autorités concernées de prendre cette question en main.

Le directeur provincial de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage à Gitega Oscar Uwikunda indique que les quantités d’avocats ont diminué sur les marchés du fait qu’il ne s’agit pas de saison de récolte. C’est au moment où plus de sept mille plans d’avocatiers avaient été distribués gratuitement aux cultivateurs au début de l’année.

Au moment où les avocatiers cohabitent avec d’autres plantes et contribuent efficacement pour sauvegarder l’environnement, M. Uwikunda fait savoir que « nous sommes en train de multiplier les avocatiers dans les pépinières afin de les distribuer aux cultivateurs ».

______________

Photo : des tas d’avocats dans une rue de Gitega

Previous Bujumbura : l'archevêque Banshimiyubusa demande aux autorités d'éviter les persécutions contre les opposants
Next Prince Louis Rwagasore : un hôpital aussi malade que les patients qu'il reçoit