Burundi : hausse du prix de transport

Burundi : hausse du prix de transport

Depuis ce mardi 1er février, le prix du ticket de transport pour les passagers qui se déplacent dans la ville commerciale Bujumbura comme ceux qui se rendent à ou reviennent de différentes provinces du pays a été revu à la hausse. La hausse (cent francs dans la capitale économique) et pouvant aller jusqu’à mille francs burundais pour le trajet Bujumbura-provinces a été décidée au terme d’une réunion entre le ministère en charge du transport et les représentants des transporteurs. (SOS Médias Burundi)

La hausse du prix du ticket varie entre cinq cents et mille francs burundais selon la destination à l’intérieur du pays au moment où le prix du ticket de transport dans la ville commerciale Bujumbura a connu une hausse de cent francs, passant de quatre cents à cinq cents.

La décision a été prise ce mardi après une réunion entre le ministère ayant le transport dans ses attributions et des représentants des transporteurs et de l’Otraco (Office du transport en commun).

« Ils expliquent la hausse des prix du ticket de transport par la cherté des prix des pièces de rechange, des lubrifiants et des produits pneumatiques. Ils évoquent aussi l’état des infrastructures routières qui endommagent les véhicules ainsi que les documents autorisant le travail dans le secteur du transport rémunéré qui coûtent chers et difficiles à obtenir sans oublier la récente hausse du prix du carburant », détaillent des sources ayant participé à la réunion.

Après l’annonce de la mesure, elle a immédiatement été mise en application à Bujumbura.

« À partir de 21h, les passagers qui étaient en ville ont été exigés de payer cinq cent francs burundais au lieu de quatre cents pour se rendre dans les quartiers respectifs », a remarqué un reporter de SOS Médias Burundi.

Seulement, même si les prix du carburant ont été revus à la hausse, il n’est pas encore disponible sur les stations service. Notre reporter qui a effectué un tour sur différents endroits indique que « plusieurs lignes indiennes de véhicules attendaient d’être servis, en vain. Quelques stations approvisionnaient timidement le carburant ce mardi ».

La semaine dernière, le gouvernement burundais a annoncé la hausse du prix du carburant, consécutive à celle du baril sur le cours mondial, selon le ministre burundais en charge des mines et de l’énergie Ibrahim Uwizeye, ce qui n’a pas convaincu les représentants des associations de transporteurs et consommateurs qui parlent d’une décision « non concertée ».

____________

Photo d’illustration : des voitures de transport en commun dans un parking

Previous Bujumbura : le personnel de la clinique Prince Louis Rwagasore menace de faire grève
Next Beni (RDC) : découverte d'au moins quatre charniers