Makamba : les commerçants en grève

Makamba : les commerçants en grève

Des commerçants du marché du chef-lieu de la province de Makamba (sud du Burundi) n’ont pas ouvert les boutiques et kiosques depuis ce jeudi matin. Ils s’insurgent contre des taxes imposées par l’administration communale qui ne cessent d’augmenter. (SOS Médias Burundi)

Les acheteurs n’ont pas eu droit de s’approvisionner au marché du chef-lieu de Makamba.

À l’origine de ce mouvement de protestation, une taxe annuelle supplémentaire de 20 mille francs pour les kiosques métalliques de l’intérieur du marché et 40 mille francs pour les kiosques construits en briques sur le pourtour. Elle a ete décidée par l’administratrice communale de Makamba.

Les commerçants lui reprochent de revoir les taxes à la hausse sans les consulter.

« Avant que Zuwena Irakiza ne devienne administratrice de notre commune, une taxe journalière selon l’emplacement du stand variait entre 100 et 200 francs mais à son arrivée elle l’a majorée de 200 à 300 francs. La taxe mensuelle qui était de 3000 francs a été fixée à 5000 francs pour les kiosques métalliques et de 20000 à 40 000 francs pour les kiosques construits en briques », expliquent écoeurés des commerçants du marché central de Makamba.

Et de renchérir « On n’exerce pas le commerce seulement au marché de Makamba, nous avons des boutiques dans d’autres marchés de notre province ou dans d’autres coins du pays . C’est la commune de Makamba qui nous fait payer plus de taxes. On demande aux ministres en charge du commerce et
des affaires intérieures de se pencher sur le cas ».

Selon nos informations, à ces taxes, s’ajoute une somme mensuelle de 3000 francs que doit verser chaque commerçant à une société de gardiennage du marché ,le triple du montant payé ailleurs, expliquent des commerçants.

Ils affirment que la reprise des activités sera conditionnée par « un dialogue inclusif pour trouver une solution à ce problème ».

_____________

Photo : une place publique au centre de Makamba

Previous Bujumbura : les conducteurs de tricycles, motos et vélos n'ont plus de recours
Next Nakivale (Ouganda) : l'épilepsie fait rage