Makamba-Rutana : la carence du carburant entraîne la paralysie des activités et hausse du prix du ticket de transport

Makamba-Rutana : la carence du carburant entraîne la paralysie des activités et hausse du prix du ticket de transport

Après plusieurs mois sans carburant sur les stations -service des chefs-lieux des provinces Makamba et Rutana (sud-est du Burundi), les véhicules et motos sont obligés de s’approvisionner sur le marché noir. Selon certains chauffeurs, quelques fois ils sont obligés d’aller chercher dans les stations des coins éloignés et retournent sans être servis. Certains sont obligés de loger sur les files d’attente. Les prix du ticket de transport a largement augmenté et des compagnies de transport en commun ont suspendu leurs activités. (SOS Médias Burundi)

Le marché noir est devenu la seule solution pour les conducteurs de taxi motos, des chauffeurs de véhicules faisant le transport rémunéré, surtout. Ils disent acheter un litre d’essence à 6000 francs par exemple, ce qui a entraîné la hausse du prix du ticket de transport du simple au triple sur presque tous les tronçons.

Les agences de transport œuvrant dans les deux provinces ont déjà suspendu les activités.

«Depuis, le ticket de transport Rutana- Bujumbura est fixé à 15000 au moins alors que l’on payait 1000 avant la pénurie du carburant», se lamente un employé d’une ONG affecté à Rutana.

La pénurie du carburant mêlée de coupures intempestives du courant entraîne la paralysie des activités dans les services tant public que privé. Les groupes électrogènes qui devraient être utilisés en cas de panne ne sont plus alimentés, ont remarqué nos reporters.

Des personnes qui exercent leur service loin des chefs-lieux des centres sont obligés de s’absenter au service. Elles demandent au gouvernement de régler ce problème lié au manque du carburant.

_______________

Photo : des véhicules en attente d’être servis en carburant à Makamba

Previous Burundi : persistance de pénurie du carburant dans les provinces du Centre-est
Next Photo de la semaine-Rutshuru (RDC) : les FARDC lancent une nouvelle offensive contre le M23