Photo de la semaine : RDC (Nord-Kivu) : le commissaire provincial de la Police demande la population d’user de machette pour contrer les rebelles du M23

Photo de la semaine : RDC (Nord-Kivu) : le commissaire provincial de la Police demande la population d’user de machette pour contrer les rebelles du M23

À la parade qu’il a animé mercredi dernier au stade Afia dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC) en province du Nord-Kivu, le général Aba Van Ang a appelé la population à se mobiliser. Il veut bouter dehors les rebelles du M23 qui attaque la ville de Goma. Il n’écarte pas l’utilisation de machettes dans cette riposte. (SOS Médias Burundi)

Le général indexe le Mouvement du 23 mars comme auteur de plusieurs attaques contre l’armée congolaise et contre la population dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo, ces derniers jours.

Le numéro Un de la police dans le Nord-Kivu a formulé la demande à la population de s’armer de machettes afin de défendre la ville en péril.

« Notre pays est attaqué (…) aller dire à vos enfants adultes, à vos femmes, à vos frères cadets et aînés, que chacun se procure d’une machette ou d’un outil qui peut tuer quelqu’un, que cette guerre devienne populaire, (…) Comme ça on verra s’ils sauront tuer toute la population. On doit protéger notre ville », s’est-il exprimé en Lingala.

À chaque policier, le général Aba Van Ang a recommandé de porter son arme partout.

« N’ayez pas peur, continuez à sécuriser la population. Ils ne sont pas habitués à blaguer avec la ville de Goma. Cette fois-ci nous ne les laisserons pas faire (…) », a-t-il insisté.

S’exprimant sur son compte Twitter, Patrick Muyaya porte-parole du gouvernement congolais a précisé que « le recours aux machettes reste extrêmement dangereux et peut facilement engendrer la stigmatisation et la haine ».

De son côté, le gouverneur du Nord-Kivu, le lieutenant-général Constant Ndima Kongba a été appelé à rappeler le Commissaire de la PNC à l’ordre.

Le M23 a sorti à cet effet un communiqué indiquant qu’il est très préoccupé par le discours d’appel à la violence.

« Nous savons tous comment ce genre d’appel à la violence finit, surtout dans un environnement où les discours de haine ethnique et de xénophobie ont une histoire triste dont les plaies béantes peinent à se cicatriser des décennies plus tard », indique le porte-parole du M23.

Et de préciser: « il est totalement irresponsable que, dans l’une des provinces habitées depuis une vingtaine
d’années par des leaders sociopolitiques et des miliciens rwandais qui avaient fait recours à ce genre des discours pour perpétrer le génocide de 1994 dans leur pays, une autorité provinciale demande à la population de recourir à la machette pour soutenir les forces armées qui sont des professionnels de la guerre. L’on sait tous comment ce genre de discours a transformé chez nos voisins une partie de leurs paisibles populations en des redoutables sanguinaires dont le nom INTERAHAMWE est resté tristement gravé dans la mémoire du Génocide. Pourtant, il existe plusieurs manières de soutenir l’armée par la population sans faire usage ni des armes blanches moins encore des armes à feu ».

Pour rappel, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) s’affrontent avec les rebelles du mouvement du 23 mars depuis lundi dans plusieurs villages du Nord-Kivu non loin de la ville de Goma. Les heurts ayant repris depuis vendredi dernier sur le territoire de Rutshuru avant de s’étendre sur d’autres localités du territoire de Nyiragongo.

Des affrontements qui se sont intensifiés depuis le 22 mai dernier, causant le déplacement de plusieurs milliers de personnes, selon un rapport du bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

_______________

Photo : le général Aba Van Ang dans un stade à Goma

Previous Cibitoke : trois corps découverts au bord de la rivière Rusizi
Next RDC-Beni : une attaque meurtrière des présumés ADF fait plusieurs morts dans le secteur de Rwenzori