Kirundo : des habitants accusent des autorités provinciales de vente illicite de carburant

Kirundo : des habitants accusent des autorités provinciales de vente illicite de carburant

Des habitants de la province de Kirundo (nord du pays) pointent du doigt des autorités provinciales les accusant de commercialisation illicite du carburant. Ceux-ci alimentent le marché noir de carburant et le vendent plus cher. (SOS Médias Burundi)

Des habitants du centre de Kirundo accusent le gouverneur de province, Albert Hatungimana de créer le désordre dans les stations-service afin d’en profiter pour la commercialisation du carburant au marché noir.

Des sources concordantes pointent également du doigt le commissaire provincial de la police, le responsable provincial des renseignements à Kirundo, le chef de cabinet du gouverneur et l’administrateur de la commune de Kirundo. Chacun prenant sa part avant la distribution du carburant à la pompe.

« Le gouverneur à lui seul prend 1000 litres d’essence alors que son véhicule consomme du mazout », précisent nos sources.

Elles disent que le gouverneur utilise dans cette vente illégale un surnommé Hadj, vivant actuellement au centre de Kirundo. Hadj vend le carburant du gouverneur. Un bidon de 20 litres est acheté entre 110 et 120 mille francs burundais alors qu’à la pompe il l’obtient à moins de 70 mille.

Le commissaire provincial de la police, l’administrateur de la commune, le chef de cabinet du gouverneur de province et le responsable du SNR (service national de renseignements) obtiennent entre 300 et 500 litres chacun. Ils ont leurs clients directs prêts à acheter le carburant afin de le vendre en détail.

« Tout le carburant vendu sur le marché noir appartient à ces cinq personnes en collaboration avec les responsables des stations-service « , assurent des témoins.

« Jamais les camions citernes n’arrivent pendant la journée. Ils viennent le soir ou pendant la nuit pour faciliter le détournement du carburant », nous avoue un veilleur d’une station.

Des habitants avouent être fatigués par le détournement du carburant fait par les autorités. Ils promettent de réagir en montrant leur colère.

Ils demandent au président de la République de limoger les autorités impliquées dans la vente illégale des produits pétroliers, en commençant par le gouverneur.

Les concernés ou leur service n’étaient pas disponibles pour réagir à ces allégations.

Le Burundi n’est pas encore sorti totalement de la crise de carburant dans laquelle il est plongé depuis des mois. Elle a entraîné spéculation et corruption autour de la vente des produits pétroliers. Dans plusieurs provinces, des autorités locales, des commerçants proches du CNDD-FDD le parti au pouvoir et des responsables locaux du parti présidentiel ont été surpris en possession de grandes quantités du carburant destiné à être vendu sur le marché noir au moment où même des services publics très sensibles dont les hôpitaux n’en disposaient pas.

Dernièrement, le président Neva s’est dit très choqué par « des autorités qui s’adonnent au commerce clandestin », causant l’inflation au lieu de protéger l’économie nationale.

_____________

Photo : une station-service à Kirundo

Previous Kirundo : un opposant détenu pour avoir porté une chemise de son parti
Next Ruyigi : une militante du CNL tabassée jusqu'à être admise dans un hôpital