Rugombo : des militants du CNL malmenés

Rugombo : des militants du CNL malmenés

Des membres du parti CNL ont pris peur de se présenter dans les cérémonies d’anniversaire des trois ans de ce parti au chef-lieu de la commune de Rugombo, dans la province de Cibitoke (Nord-ouest du Burundi). Cela fait suite aux intimidations des membres du parti présidentiel. D’autres ont été violentés par des Imbonerakure. Ils demandent la liberté de faire partie de l’opposition sans subir des menaces, intimidations et violences. (SOS Médias Burundi)

Des militants du Congrès National pour la liberté ont été brutalisés par des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du parti CNDD-FDD) ce dimanche 26 juin. C’était lors de la visite d’Agathon Rwasa pour célébrer le troisième anniversaire de l’agrément officiel du parti.

Selon des informations recueillies sur place, les membres et sympathisants du CNL avaient été sommés de ne pas sortir de leur maison et surtout de ne pas faire le déplacement pour aller accueillir leur leader.

« La plupart des militants du CN ont bravé cette interdiction de se rendre au stade de Rugombo », indique un responsable du CNL.

Selon une source locale, des membres du CNL ont été intimidés et ont pris peur de se rendre au lieu du grand rendez-vous de leur parti. D’autres ont été battus à l’instar d’un commerçant d’huile dont le stand du marché lui a été retiré d’office. Un quinquagénaire de la colline de Musenyi de la même commune est détenu au cachot communal après avoir été battu. On lui reproché d’avoir mobilisé les habitants d’aller accueillir le président du CNL, à l’aide d’un haut-parleur.

Le représentant provincial du CNL parle de provocation. Le président de ce parti au niveau national lui, appelle au calme en privilégiant la cohabitation pacifique notamment avec les membres du parti présidentiel.

Pour lui, « le parti CNDD-FDD qui n’a pas gagné les dernières élections de 2020 ne fait rien en matière de bonne gouvernance et de gestion de l’Etat. Il n’est occupé qu’ à intimider les gens pour se maintenir au pouvoir car, n’ayant rien d’autre à offrir ».

Agathon Rwasa a clôturé son propos en remerciant le gouverneur de Cibitoke qui a permis ce rassemblement contrairement à plusieurs autres responsables administratifs dans différents coins du Burundi récemment. Certains ténors du CNDD-FDD à Cibitoke avaient pourtant manifesté une certaine réticence. Ils ont refusé de s’exprimer sur les intimidations et les actes de violence posés par leurs militants.

Le parti CNL issu de l’ancien mouvement rebelle Hutu FNL et du parti FNL ( Front national de libération) qui a connu beaucoup de divisions a été agréé début 2019.

Depuis, ses militants ,les plus persécutés dans la petite nation de l’Afrique de l’est selon des rapports des organisations internationale et nationale indépendantes, célèbrent son acceptation à différentes dates. Une occasion de rapeller chaque fois « les abus », qu’ils subissent et leur « engagement » à « lutter pour la démocratie ».

________________

Photo : Agathon Rwasa, leader du CNL arrive au stade de Rugombo, le 26 juin 2022

Previous Rugombo : l'administrateur communal cité dans la vente illicite du sucre
Next Photo de la semaine : le président Neva remonté contre des policiers qui mendient à l'aéroport