Bururi : le lycée de province accueille une formation idéologique et paramilitaire des Imbonerakure

Bururi : le lycée de province accueille une formation idéologique et paramilitaire des Imbonerakure

Des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel) sont arrivés au chef lieu de la province de Bururi (sud du Burundi) ce dimanche 26 juin 2022. Selon des sources locales, les concernés, originaires de toutes les communes de la province de Bururi subissent une formation idéologique et paramilitaire. Certains parents d’élèves disent ne pas comprendre comment des militants du CNDD-FDD en formation paramilitaire vont cohabiter avec les élèves qui passent leurs examens de fin d’année scolaire. (SOS Médias Burundi)

Ils sont estimés à 200 imbonerakure du parti présidentiel reçus au lycée de Bururi où ils sont hébergés et restaurés.

« Tous proviennent des différentes communes de la province de Bururi. Ils ont été sélectionnés par les responsables du CNDD-FDD. Nous avons appris que chaque colline de recensement devait fournir trois Imbonerakure pour cette formation. Ils sont arrivés ce dimanche en scandant des slogans louant le CNDD-FDD », racontent des habitants du chef-lieu de la province de Bururi.

Ils vont passer deux semaines au lycée de Bururi. Ils vont être formés sur l’idéologique du parti au pouvoir et recevoir une formation paramilitaire, selon des sources proches du dossier.

Des parents d’élèves regrettent que cette école soit transformée en « lieu de formation paramilitaire des militants du parti présidentiel pendant que les élèves sont encore nourris et hébergés dans ce même lycée ».

Certains parents du chef-lieu de la province de Bururi exigent la suspension de ces activités politiques au sein de cet établissement scolaire. Ils interpellent le ministre de l’ éducation nationale et de la recherche scientifique à interdire « la politisation des établissements scolaires ».

« C’est très terrifiant ce que j’ai vu ce matin à 5h. Les Imbonerakure étaient en entraînement dans les rues de Bururi. On dirait des militaires. Je les ai vus se diriger vers un centre de formation militaire pour la catégorie’ hommes de troupe’ basé à Bururi depuis des années. Ils étaient encadrés par des hommes en tenue de l’armée burundaise. Ils doivent être des militaires », a témoigné à SOS Médias Burundi ce mercredi en début d’après-midi un habitant.

« Ça fait peur je vous jure. Ces gens, s’ils ne sont pas encadrés et qu’un jour ils reçoivent des armes, ils peuvent commettre l’irréparable », estime-t-il.

Dans la province de Rumonge (province voisine de Bururi, sud-ouest), une formation similaire a eu lieu au cours de ce mois mais dans cette province, aucune école n’a servi de centre de formation.
Les Imbonerakure s’étaient retranchés durant une semaine au stade Vyizigiro situé à Mbuga en zone de Kizuka de la commune et province de Rumonge.

Mais dans dans d’autres provinces dont Makamba (sud) et Kirundo (nord) ce sont des écoles qui ont récemment servi de lieu de formation paramilitaire réservée aux membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD. À la fin de chaque entraînement, le secrétaire général du parti au pouvoir Réverien Ndikuriyo fait un déplacement pour délivrer des certificats aux participants.

Dans chaque province, des émissaires mandatés par le secrétariat général du parti présidentiel doivent aller superviser la formation ou donner les règles à suivre.

Dans la récente journée dédiée aux Imbonerakure , Réverien Ndikuriyo leur a demandé d’affiner les entraînements afin de bien faire « les démonstrations paramilitaires lors de votre prochaine journée ».

________________

Photo d’archives : des anciens combattants du CNDD-FDD reconvertis en Imbonerakure pour la plupart défilent devant le président Évariste Ndayishimiye et ses invités, le 21 novembre 2020 à Bughiga,en province de Karusi (centre-est du Burundi).

Previous Nord-Kivu- Ituri : plus de 161 civils tués par des ADF en ce mois de juin (un député)
Next Cibitoke : un corps d'un homme retrouvé mort après être arrêté par un représentant du SNR passe deux semaines à la morgue