Meheba (Zambie) : le tambour burundais ne retentit plus au camp

Meheba (Zambie) : le tambour burundais ne retentit plus au camp

Les réfugiés burundais du camp de Meheba en Zambie grognent. Ils disent qu’ils n’entendent plus le tambour de leur pays. L’exercice a été mis à mal par le fait que les tambours ne sont plus en bon état. Ils demandent une aide pour la revalorisation de la culture burundaise. (SOS Médias Burundi)

D’habitude, le tambour burundais ne manque jamais dans des cérémonies et des festivités organisées au camp de Meheba en Zambie. Et ce, depuis 2015.

Pourtant, depuis fin 2021, les tambourinaires ne se produisent plus.

« Nous sommes vraiment désolés de ne plus démontrer notre culture au travers le battement de tambour alors que nous étions les meilleurs parmi les autres clubs culturels ici. Par exemple, le 20 juin dernier, on aurait participé à la fête des réfugiés mais cela n’a pas été possible. La raison est que nos tambours ne sont plus en bon état, ils sont vieux, usés et déclassés. Nous le regrettons », disent des tambourinaires burundais, membres d’un club culturel du camp.

Sur douze tambours que comptaient le club, seuls trois restent fonctionnels.

Des promesses vaines

La question a été portée à l’administration du camp et au HCR.

« Le HCR avait accepté de nous aider à remplacer ces tambours usés. Il ne l’a pas fait. Pourtant, un budget destiné à la valorisation de nos cultures est là. Nous lançons un appel vibrant à tout amateur de la culture burundaise de nous aider pour que nous achetions au moins cinq tambours et les uniformes», expliquent-ils.

Le club comprend aussi des danseuses de chansons culturelles burundaises. Elles manquent aussi des uniformes appropriés.

Ces réfugiés affirment que le tambour et les chansons burundaises sont les principaux atouts de pouvoir garder la culture de leur pays d’origine, à côté de la langue maternelle, le Kirundi.

Le camp de Meheba est situé dans une petite forêt au nord-ouest de la Zambie. Il héberge plus de 27 mille réfugiés dont plus de 2 mille Burundais.

___________________

Photo : des tambourinaires burundais du camp de réfugiés de Meheba

Previous Rumonge : la circulation a repris sur la RN3 après plus de trois semaines de blocage
Next Burundi : le non développement du pays, la faute aux opposants (président Neva)