EAC : Le président burundais à la tête de la communauté pour une année

EAC : Le président burundais à la tête de la communauté pour une année

Il a été désigné lors du 22ème sommet ordinaire des chefs d’États de l’EAC tenu ce vendredi le 22 juillet 2022 à Arusha en Tanzanie. Évariste Ndayishimiye se donne comme priorité la sécurité dans la sous-région. (SOS Médias Burundi)

Le Président Ndayishimiye a réçu le bâton de commandement, le cachet ainsi que le protocole de l’EAC de la main de son homologue kenyan Uhuru Kenyatta, le président en exercice sortant.

Il était entouré par deux de ses ministres, celui en charge de la communauté Est-africaine Ezéchiel Nibigira, et celle en charge de la justice Domine Banyankimbona.

Le Président Ndayishimiye se donne comme champ de bataille la sécurité dans la sous-région.

« Pour créer un environnement commercial stable et améliorer la vie des citoyens de l’Afrique de l’Est, nous continuerons à renforcer la paix dans la région, la sécurité, la responsabilité politique, la bonne gouvernance et à institutionaliser les mécanismes d’intervention d’urgence de l’EAC », a-t-il déclaré.

La situation à l’est de la RDC ne manquera pas de place dans le discours de prise de fonction de Neva à la tête de l’EAC.

« En ce qui concerne la paix et la sécurité, nous veillerons à ce que l’Est de la RDC se rétablisse et fasse un long chemin vers la stabilité et le développement durable, y compris la mise en œuvre des décisions prises lors des récents conclaves de Nairobi », a martelé le nouveau président en exercice de l’EAC.

Le Congo, récemment admis dans le bloc a saisi l’occasion pour dénoncer encore une fois l’ingérence de son voisin, le Rwanda dans ses affaires internes.

« Permettez-moi de le souligner ici, personne n’ignore le soutien du Rwanda aux mouvements rebelles qui attaquent l’Est de notre pays. Nous osons croire que cette ingérence va cesser du moment que nous sommes assis sur une même table et que nous partageons la même famille qu’est l’EAC. Nous vous remercions de vous avoir saisi de la question de la RDC et précisément le Kenya qui a accueilli les récentes négociations entre le gouvernement et les groupes rebelles », a indiqué le premier ministre congolais Jean Michel Sama Lukonde, qui a représenté le président Félix Antoine Tshisekedi.

De sa part, Kigali a passé sous silence cette question.

Le président Neva après être désigné président en exercice de l’EAC

Le premier ministre rwandais Édouard Ngirente qui a représenté le président Paul Kagame a plutôt insisté sur les dividendes de la libre circulation des personnes, des biens et des services au sein de la communauté et sur l’amélioration des infrastructures douanières et routières souhaitant plus d’efforts pour les pays membres de l’EAC.

M. Neva a hérité d’une communauté qui souffre aussi d’engagement diplomatique.

Ici, le président burundais a souligné qu’il va «œuvrer pour une résolution pacifique des conflits», sans toutefois mentionner quand les frontières de son pays avec son voisin du nord, le Rwanda, seront rouvertes.

Lors de ce sommet, la Somalie a introduit une demande officielle d’adhésion à l’EAC, son leader Hassan Sheikh Mohamud ayant participé comme observateur.

Avaient fait aussi le déplacement les présidents ougandais et tanzaniens alors que le Sud-Soudan avait été représenté par le ministre ayant en charge les affaires de la communauté Est-Africaine.

Le Burundi qui a fait son entrée au bloc économique en 2007, occupait aussi la même position en 2011 sous feu président Pierre Nkurunziza.

________________

Photo : le président Uhuru Kenyatta passe le témoin à son successeur Évariste Ndayishimiye à la tête de la présidence tournante de l’EAC

Previous Kirundo : prison à perpetuité contre trois personnes pour avoir assassiné une veuve
Next Nduta (Tanzanie) : faible taux de réussite des élèves ; à qui la faute?