Makamba : le prix du ticket de transport passe du simple au double

Makamba : le prix du ticket de transport passe du simple au double

Depuis près de trois semaines, des habitants de Makamba (sud du Burundi) sont confrontés à la hausse du prix du ticket de transport. Des passagers sont obligés de payer le double, voire plus, le ticket de transport officiel. Des conducteurs de véhicules effectuant le transport rémunéré, eux parlent d’une situation liée au manque de carburant. (SOS Médias Burundi)

Selon des témoins, le prix du ticket pour le trajet Makamba- Bujumbura est passé de 12500 à 22000 francs burundais dans les bus et à 30 mille francs burundais pour des passagers qui prennent de semi- taxis collectifs. Pour ces derniers, le prix habituel était de 20 mille francs burundais. Des passagers voulant se rendre en province de Gitega (centre) doivent quant à eux payer 20 mille francs burundais, le prix en temps normal étant fixé à 10 mille.

Des habitants disent être fatigués par la situation et demandent aux autorités d’intervenir.

Des conducteurs quant à eux expliquent que la hausse du prix est due au manque de carburant.

« Les stations- service ne sont plus approvisionnées en carburant pour nous en distribuer. Le peu qu’on arrive à obtenir sur le marché noir est tellement cher. Il est même difficile d’en trouver parce que les autorités ont interdit aux particuliers d’aller en acheter dans la province voisine de Kigoma en Tanzanie pour nous le revendre. Si le gouvernement est incapable de nous offrir ce service, qu’il ne nous empêche pas de chercher des solutions temporaires au moins », disent en colère des chauffeurs.

Officiellement, le ticket de transport entre la province de Makamba et la ville commerciale Bujumbura coûte 12500 francs burundais.

Des transporteurs dont des agences affirment que « même notre parc automobile est presque tout garé suite au manque de carburant » et que « nous assurons juste le service minimum pour sauver des cas les plus urgents car le carburant au marché noir coûte énormément cher. Le prix d’un litre varie entre huit et huit mille cinq cents francs burundais ». Le prix officiel ne dépassant pas 3250 francs burundais le litre.

Ils demandent au gouvernement de vite trouver des solutions, des remèdes loin d’être réalisables, le stock stratégique carburant étant vide selon Ibrahim Uwizeye, ministre en charge de l’énergie dont le ministère est en charge de la gestion du carburant.

_____________

Photo : plusieurs taxis et bus de transport en commun en attente d’être servis en carburant, les uns venant de passer plus de cinq jours sur une station-service

Previous Kayanza : la flambée du prix du ticket de transport paralyse les activités
Next Nakivale (Ouganda) : plus de 70% de cas d’abandons scolaires enregistrés