Nakivale (Ouganda) : plus de 70% de cas d’abandons scolaires enregistrés

Nakivale (Ouganda) : plus de 70% de cas d’abandons scolaires enregistrés

Dans le camp de réfugiés de Nakivale en Ouganda, les organisations qui militent pour la défense des droits des enfants dressent des cas d’abandons scolaires qui font peur. D’après les chiffres disponibles, plus 70% des enfants réfugiés surtout burundais ne vont plus à l’école. Les causes sont liées à la pauvreté dans les ménages au sein de ce camp qui abrite plus 41 mille réfugiés burundais. (SOS Médias Burundi)

Les abandons scolaires ont commencé à inquiéter plus d’un depuis l’année scolaire 2020-2021.

Selon des rapports des ONGs, la section primaire est la plus touchée. Windle Trust Uganda, une ONG en charge de l’éducation au camp de Nakivale a recueilli des données.

« Depuis 2018, le taux d’abandons scolaires s’est multiplié par quatre. Plus de 30% d’enfants abandonnent l’école et 25% d’enfants en âge de scolarité restent à la maison chaque année », lit-on dans le rapport.

Selon notre source, la pauvreté dans les ménages des réfugiés est une cause majeure d’abandons et de non scolarisation.

La thèse est aussi soutenue par un responsable de l’un des villages de Nakivale.

« C’est très alarmant le nombre d’enfants actuellement qui ne vont pas à l’école. Dans chaque ménage d’un Burundais on y trouve un enfant en âge de scolarité qui reste à la maison », déplore un réfugié, père de famille au village de New Sangano.

Les réfugiés burundais en sont les premières victimes car « les ménages des réfugiés burundais sont les plus pauvres par rapport aux autres communautés exilées du camp de Nakivale », décrit l’ONG.

Des mariages précoces et des grossesses non désirées

Selon une ONG qui défend les droits de la personne humaine à Nakivale, plus de 60% des filles de moins de 18 ans se marient précocement où ont eu des grossesses non désirées. Les autres se sont lancées dans la débauche.

Des réfugiés de ce camp de Nakivale qui compte plus de 41 mille Burundais demandent aux bienfaiteurs d’assister les enfants réfugiés en matériel scolaire et frais de scolarité pour qu’ils puissent continuer à étudier.

_____________________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Nakivale

Previous Makamba : le prix du ticket de transport passe du simple au double
Next Cibitoke : trois corps découverts en moins d'une semaine