Bubanza : cents sacs d’engrais chimiques saisis à la permanence du CNDD-FDD

Bubanza : cents sacs d’engrais chimiques saisis à la permanence du CNDD-FDD

Cent sacs d’engrais chimiques ont été emmenés du dépôt de l’entreprise qui commercialise le ciment BUCECO (Burundi Cement Company) à Bubanza vers la permanence provinciale du parti présidentiel. C’est le secrétaire provincial du CNDD-FDD qui est en charge de la commercialisation du ciment à Bubanza. Les cents sacs ont été déplacés par Alexandre Ngoragoze avec le véhicule du parti au pouvoir jusqu’à la permanence pour les cacher. La quantité a été saisie ce jeudi. (SOS Médias Burundi)

Un membre du parti présidentiel explique que le secrétaire provincial est habituellement cité dans des affaires louches.

« Il croyait qu’on ne peut pas fouiller la permanence. C’est habituellement le cas mais le responsable local du service national de renseignements (SNR) à Bubanza aurait averti ses supérieurs qui ont sommé Ngoragoze de laisser le SNR perquisitionner la permanence », indique-t-il.

Selon une autre source, il a été obligé de déplacer ces sacs d’engrais chimiques afin de les ramener au stock.

M. Ngoragoze a été sommé de recourir à un véhicule d’un tiers pour évacuer les sacs de la permanence.

Actuellement le stock est bien gardé par des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD).

« Comment de telles quantités d’engrais qui ne sont pas de Fomi (Fertilisants organo- Minéraux, une société burundaise de production des engrais chimiques) se retrouvent à Bubanza alors qu’il est interdit d’ importer des engrais au Burundi », s’interrogent des habitants qui viennent de passer trois à quatre jours dans l’attente de recevoir des engrais.

Avec la complicité des distributeurs, le secrétaire provincial s’immisce dans le commerce des produits stratégiques tels que le sucre, le ciment et les engrais chimiques. Il est parmi ceux qui occasionnent des pénuries même de l’essence , privilégiant le marché noir, explique un membre du parti présidentiel.

Des membres du parti au pouvoir qui critiquent les agissements de leur responsable demandent à la justice de dire le droit dans cette affaire.

Le Burundi connaît une pénurie en engrais chimiques depuis plus près d’une année. Plusieurs agriculteurs qui ont payé pour avoir des engrais depuis septembre 2021 n’ont jamais été servis alors que l’année culturale a touché à sa fin en juillet dernier dans la petite nation de l’Afrique de l’est.

Previous Muhuta : trois personnes détenues pour avoir brûlé un enfant
Next Tanzanie : passation des tests nationaux dans les camps après deux ans de retard